Coups de coeur

Le souffle de l’aventure

Bretagne, j’écris ton nom 2019
Entendre la voix des auteures en Bretagne

Le souffle de l'aventure - Bretagne, j'écris ton nom 2019

Bien obligée de l’avouer, c’est l’aventure.
Elle m’a prise dans son jeu*.

BIENVENUE à vous
Douze escales autour de
Rachel Bouvet, Anita Conti, Marie Le Drian, Marie Le Franc, Laure Morali, Isabelle Pinçon, Odette du Puigaudeau,
Anne Quéméré &  Marie Sizun

& de leurs œuvres

Cette lecture estivale est une création inédite de la Fédération des Cafés-librairies de Bretagne ; mise en voix et en espace par les comédiennes Camille Kerdellant et Rozenn Fournier (KF Cie) accompagnées par le musicien Alain Philippe.

Le trio

Programme complet de la tournée en UN CLIC
Le souffle de l’aventure – BJTN 2019

*P.80 in ANITA CONTI, Géants des mers chaudes, Petite Bibliothèque Payot – 2006

#3lespossible(s)

poésies et arts

logo_festival_3bis-1

Du 18 au 22 avril 2019
de Morlaix à Plounéour-Ménez, de Berrien à Huelgoat

A l’initiative de L’Autre Rive et de Poésie et pas de Côté – éditions Isabelle Sauvage, Week-end poétique en Monts d’Arrée entre films, lectures, improvisations, expositions, musiques, interventions et balades…

En présence des auteur(e)s Frédérique de Carvalho, Isabelle Pascal Cordier, Maël Guesdon, Tarik Hamdan, Souad Labbize, Christian Marsan, Lou Raoul, Valérie Rouzeau, Ali Thareb, des musiciens Kham Meslien, Jules Thévenot, Vincent Goudard, des plasticiennes Gladys Brégeon, Jeanne Le Sage, de la Cie La Quincaille & des maisons d’édition : Les éditions de la Crypte et les éditions des Lisières.

La poésie
rendre compte d’un aperçu d’humanité

à partager dès aujourd’hui
https://festivallespossibles.wordpress.com/samedi-20-avril-2019/

carte_festival_19

Informations – lefestival#3lespossible(s) – du 18 au 22 avril 2019  :
https://festivallespossibles.wordpress.com
L’Autre Rive : 02.98.99.72.58
Les éditions Isabelle Sauvage : 02.98.78.09.61

Un très beau roman

Les sœurs aux yeux bleus
Marie Sizun

les soeurs aux yeux bleus

Arléa – 2019 – 20€

 

Alice et Louise ont-elles compris ce qui se passait, perçu ce noir chagrin de la petite Nini, toujours si gaie, si légère, si insolente ? Louise, inquiète de sa santé, est entrée dans une mélancolie qui la retranche de la vie des autres. Alice, elle, tout occupée de son avenir, est déjà ailleurs. Il reste que cet été à la Bernerie marquera un passage dans la vie des sœurs aux yeux bleus. Comme si, déjà, le destin les séparait.

 

Juin 1877, nous retrouvons Léonard et Livia, la gouvernante suédoise, à Meudon. Hulda, l’épouse de Léonard et la jeune mère de cinq enfants : deux garçons et trois sœurs aux yeux bleus, vient de mourir. Les frères restent en pension en France, les sœurs – Louise, Eugénie et Alice, bébé – partent avec leur père et Livia à St Pétersbourg. Partis pour deux mois, ils y restent 8 ans. A leur retour en France, ils s’installent chez l’oncle Baptiste à La Bernerie-en-Retz. Un retour qui marque leur séparation avec Livia, peu à peu haïe par Louise. Au bord de la mer, dans cette ambiance des stations balnéaires de cette fin du XIXème siècle, la famille affronte la maladie de Louise, les amours empêchés par la pauvreté et la volonté d’Alice de s’affranchir de l’emprise paternelle. Chacune trace son sillon mais l’ombre de Livia pèse sur leur destin.

Autour de la tombe de Hulda, se révèlent peu à peu les secrets de famille et le destin de ces trois sœurs aux yeux bleus s’emballent. Marie Sizun dresse ici un magnifique portrait de femmes portées par leur amour sororal. Ce lien tissé dans l’adversité et l’ennui leur permet de se libérer peu à peu de cette morale bourgeoise et corsetée. Mais l’histoire se répète d’une génération à l’autre et Lô, fille unique d’Eugénie, se trouve confrontée à son tour aux fantômes du passé. L’écriture sensible et incarnée de Marie Sizun pose le décor de ce nouveau roman épique et profondément émouvant. Un nouvel opus qui annonce en filigrane d’autres personnages à laquelle elle a su nous lier avec force. Et, si Lô, dans laquelle Alice retrouve

toute la tendresse et la fragilité de Hulda,

n’était autre que la Fanny de la Femme de l’allemand ?

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

Vive les émotions

Bienvenue tristesse
Eva Eland

sans-titre

Les éditions des éléphants – Dès 3 ans – 14€

 

Essaie de ne pas être effrayé par tristesse. Donne-lui un nom. Ecoute-là.

Un jeune enfant – petite fille, petit garçon – ouvre la porte à Tristesse. Tout d’abord hostile à cette invitée imprévue, l’enfant se rapproche d’elle et l’accueille pour mieux la laisser partir.

 

47582176_800004983686260_4077970831020547241_n

Cet album tendre et intelligent accompagne avec subtilité le tout-petit dans la découverte de ses émotions. Accepter d’éprouver, accueillir la tristesse pour la laisser enfin s’échapper et qu’une nouvelle journée commence. La délicatesse du trait, les couleurs pastel accompagnent un texte juste et sobre. Un livre sensible à partager dans la douceur.

 

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

L’ours et le canard

May Angeli

l'ours couv

Les éditions des éléphants – dès 4 ans – 14€

L’ours dégagea délicatement l’oiseau et le prit dans sa grosse patte.

A la fin de l’hivers, l’ours est réveillé par un raffut qui sonne la fin de l’hibernation. Il recueille un canard blessé, le soigne et se lie d’amitié avec lui. Convalescent, le canard se perche sur le dos de son nouvel ami pour de longues balades et des conversations infinies. Lorsqu’il guérit, l’oiseau s’envole vers de nouveaux horizons.

Le Canard parti,
l’Ours n’avait plus goût à rien.
Son ami lui manquait.
Il mangeait sans appétit.

L’Ours et le Canard est une histoire d’amitié magnifiée par les gravures sur bois de May Angeli. Subtilement colorées, elles incarnent avec délicatesse les saisons et émotions traversées par les protagonistes. Des sentiments en miroir du temps qui se fige ou se remet en mouvement. Le trait, vif et nervuré, apporte vie à cette rencontre inédite qui se déploie sur plusieurs saisons. Entre séparation et retrouvailles, L’Ours et le Canard nous raconte le bonheur de partager.

sans-titre

 

Un album éminemment tendre et poétique

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

La lanterne de tonton

Wang Yage – Zhu Chengliang

couv

éditions HongFei – dès 3 ans – 14,90€

La coutume veut qu’au troisième jour de l’année,
les oncles viennent offrir des lanternes à leurs neveux et nièces.

zaodi

La neige est au rendez-vous de ce nouvel an illuminé par les lanternes colorées. La petite Zaodi est émerveillée par ce jaillissement de blanc et de lumière. Elle aimerait que ces réjouissances durent toujours entre retrouvailles familiales, jeux et rondes avec ses amies, vœux échangés. Cette fête villageoise est un moment éphémère, un temps fort et fragile comme ces petites flammes qui viennent conjurer la nuit et le froid.

Au loin, une voix annonce : il est temps d’éteindre les lanternes.
Eteignons les lanternes et faisons nos vœux…

la-lanterne-de-tonton

La délicatesse du propos et du dessin porte cet album jeunesse superbement illustré par Zhu Chengliang. Ses peintures et pastels colorés font jaillir la vie de ce village qui se déploie sur des double-pages somptueuses où se nichent mille détails : une conversation entre femmes, une envolée d’oiseau, un chien affectueux, des jeux d’enfants, un doudou protecteur. Sur les routes enneigées, se croisent enfants et adultes heureux de se retrouver à l’occasion du réveillon.

village

Joyeux et mélancolique, ce livre évoque les plaisirs simples et intenses de l’enfance, cette capacité à s’émerveiller et à s’émouvoir, cette immersion dans le présent, ce sentiment de bonheur vif et partagé. Puis, l’ennui et le vide ressentis quand les festivités se terminent. Face à ce temps qui passe, le réconfort de comprendre que :

le nouvel an reviendra, et tonton aussi.

 Un très bel album qui nous raconte le mouvement de la vie
avec émotion et simplicité.

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

Un album graphique JUBILATOIRE

RACONTARS ARCTIQUES
L’intégrale

couv-Intégrale-Racontars_avec-bandeau-620x794

Jorn RIEL – Gwen DE BONNEVAL
Hervé TANQUERELLE

Sarbacane – 29,90€ – 2018

Il y aura de la place pour tous parce que dans ce temps-là, Lasselille, ce sera fini avec l’Histoire, là-bas en bas. Ils seront sans Histoire. Prends bien note de ce que j’dis, c’est le chemin que ça prend. Ils vont découvrir que l’histoire qu’ils ont écrite jusqu’à présent n’est que du remplissage et du bavardage d’un bout à l’autre. A ce moment-là, ils seront bien obligés de tourner leur regard vers le Nord. C’est ce qu’on a toujours fait quand on s’est embourbé. Parce que c’est ici que se trouvent les exemples, j’te le garantis. Moi, toi et Museau et les autres, nous sommes les exemples de l’Histoire Universelle.*

Dans ces paysages plongés dans le froid et la longue nuit hivernale, Valfred, Anton, le cuisinier chinois, Herbert, le coq Alexandre, William le Noir, Lodvig, Bjorken, Lasselille, le tatoueur, le comte, Emma et tous les autres écrivent l’histoire de ces terres du Groenland. Pour notre plus grand bonheur, ils ont tous une anecdote savoureuse à partager
entre deux eaux-de-vie et un p’tit roupillon ronflant.

vierge_froide_2

La vie de ces chasseurs-trappeurs relève de la survie : chasser pour manger, lutter contre les ours, surmonter les conditions extrêmes du climat et la solitude qui rend fou. Heureusement, il y a les amis, l’imaginaire et la curiosité permanente pour ses congénères et ce que la vie offre à découvrir. Car, dans ces contrées glacées, on aime rire, rencontrer & partager les derniers racontars arctiques autour d’une table, d’un tatouage, d’une gnôle. Au fil des pages, se dessine une galerie de personnages touchants qui ont fait le choix de l’aventure et de la liberté. Plein de gouailles et de trouvailles, leur ordinaire bascule dans l’extraordinaire. Chaque histoire porte sa part de rire et de tragique comme celle du Roi Oscar

…où Halvor noie sa déception dans le schnaps,
et où Vieux-Niels se montre bien imprudent dans ses amitiés…

Rustres mais plus subtils qu’il n’y paraît, ces chasseurs-trappeurs, philosophes à leurs heures, donnent libre cours à leur imagination – ah ! Emma – et plongent leur auditoire dans le monde merveilleux et cruel du conte.

Intégrale-Racontars_p18-19

Ces récits jubilatoires de Jorn Riel sont magnifiquement mis en scène par Gwen de Bonneval, scénariste, et Hervé Tanquerelle, dessinateur. La narration, rythmée et inventive, est incarnée par un dessin où le réel se mêle à l’imaginaire, où le détail truculent précède l’images somptueuse. Pleins d’humanité & de drôlerie, trognes brûlées par le froid et l’alcool, ces personnages sont extraordinairement vivants et nous attachent à eux avec force. Il y a une amitié qui se ressent de bout en bout dans ce roman graphique, celle que porte Jorn Riel, Gwen de Bonneval et Hervé Tanquerelle à ces hommes du Groenland, celle que l’on éprouve pour eux dès la première page de ce recueil de nouvelles truculentes.

Cet album graphique est LE CADEAU DE NOEL 
2018 à glisser sous les sapins

 

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la Fédération des Cafés-librairies de Bretagne

*P.78

La vallée des loups

En présence du réalisateur
Jean-Michel Bertrand

Rencontre-projection 

La Vallée des loups
Samedi 15 décembre à 15h30
Le Chenal – Porspoder

Ce documentaire vivifiant et passionnant nous propose un voyage magnifique au cœur des Alpes, de ses paysages, sa flore et sa faune. Jean-Michel Bertrand a l’intuition que le loup vit dans le massif alpin et part à sa recherche pendant trois ans. Grâce à son talent de conteur, nous partageons pleinement cette quête palpitante entre bivouacs et marches, longues attentes et rencontres émerveillées dans une nature superbement filmée.

La sortie de ce film (2017) est accompagnée d’un livre éponyme publié aux Éditions Salamandre.

Information & réservation :
Le Chenal 13 Rue du Port-Melon, 29840 Porspoder
Tél. 02 98 89 54 36
Mél. lechenal.melon@gmail.com www.lechenal.fr

ENVOLS

Narisa Togo

envols

 

Sarbacane – 17,50€ – 2018

 

Avec une envergure de trois mètres et demi, l’albatros hurleur est le plus grand des oiseaux. Il passe le plus clair de son temps en vol mais actionne peu ses ailes de géant, ce qui lui demanderait trop d’énergie. Il s’en sert plutôt pour planer sur les puissants vents marins et prendre de l’élan en profitant des écarts de vitesse entre les masses d’air, une technique connue sous le nom de vol de gradient. Ainsi, il peut rester des heures en l’air et couvrir des milliers de kilomètres d’une seule traite : certains auraient même fait le tour du monde en 46 jours.

 

Quatorze portraits d’oiseaux – entre texte et linogravure – se déclinent au fil des pages. Du Pycargue à tête blanche, symbole de l’Amérique du nord au faucon pèlerin largement répandu sur la planète, cet album allie données documentaires et beauté des illustrations. Narisa Togo déploie son talent sur des doubles-pages somptueuses où l’oiseau apparaît dans son habitat naturel : lacs salés d’Amérique du Sud, forêts humides d’Indonésie et Papouasie-Nouvelle-Guinée, marais japonais ou encore les îles isolées des mers du sud au Pacifique nord.

 

 

La singularité de chaque oiseau est développée – anatomie, parade amoureuse, migrations – en deux paragraphes informatifs et pertinents. Où l’on apprend que la barge rousse effectue un vol sans escale entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande soit plus de 11000 kilomètres parcourus au-dessus du Pacifique, que l’effraie des clochers possède l’ouïe la plus fine du monde animal et que le faucon pèlerin est le plus rapide de tous les animaux tombant sur sa proie à plus de 300 km/h, en piqué. Les illustrations sont une invitation à la contemplation et à la rêverie. Amoureuse des oiseaux depuis l’enfance, Narisa Togo nous propose ici de les observer et de les connaître. Mieux les connaître pour mieux les préserver comme le perroquet-hibou désormais protégé ou l’albatros-hurleur,

un des rares oiseaux à mourir de vieillesse. Toutefois, certaines techniques de pêche, comme la palangre, menacent désormais l’espèce.

 

flamands

 

Ce superbe bestiaire est une louange
à la beauté et à la diversité.

colibris

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la Fédération des Cafés-librairies de Bretagne

Un ours, une chevrette et un renardeau

La rivière
Olivier de Solmninihac – Stéphane Poulin

couv-La-rivière

éditions Sarbacane – 2018 – 15,90€ – à partir de 3 ans

Alors que le printemps s’annonce, les trois amis – l’ours Michao, la chevrette Marguerite et le renardeau-narrateur se retrouvent. Le trio court se promener au bord de la rivière, abandonnée pendant l’hiver. Elle redevient alors le lieu de tous les plaisirs simples et partagés, une ligne de séparation naturelle & la source d’un drame heureusement évité.

On entend la rivière avant de l’apercevoir. Ses eaux vertes ou grises ou brunes, qui frissonnent sous le vent, qui se séparent sur les rochers, qui se cachent dans les roseaux.
Il
y a les traces d’un ancien passage : les ruines de ma cabane, un rond de cendres avec quelques feuilles d’un vieux journal roulées en chiffons,
et une souche d’arbre sculptée en forme de fauteuil de roi.

la rivière 3

A la fois joyeuse et mélancolique, cette balade au bord de l’eau nous invite à rejoindre ces trois compères et à partager ce moment au cœur de la nature. Chausser ses bottes, humer l’air du printemps, faire des ricochets, se réconforter, couchés les uns contre les autres, après la catastrophe évitée…

Le texte délicat d’Olivier de Solminihac se lie à nouveau aux illustrations lumineuses et subtiles de Stéphane Poulin pour ce troisième album poétique. Les paysages se dessinent en transparence et donnent ainsi, entre blanc, vert et bleu, une impression de douceur et de temps suspendu. Temps des retrouvailles après une longue absence, plaisir de sortir. Le réveil printanier s’inscrit dans l’élan des corps, la cueillette de perce-neige, le vol d’une hirondelle, l’horizon que l’on scrute avec ce désir de le rejoindre, le bondissement d’un ballon. Le dessin tendre et coloré se déploie en mouvement sur des doubles-pages majestueuses où l’illustrateur multiplie les points de vues et les perspectives. Ces plans larges ou resserrés, ces plongées et contre-plongées révèlent la beauté de la nature et saisissent la profondeur et la délicatesse des liens qui unissent nos trois compères.

illust rivière

Cet album est un hymne 
à la beauté, au bonheur, à l’amitié.
Un livre tendre à lire sous la couette.

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la Fédération des Cafés-librairies de Bretagne.