Archive: Sep 2016

Le Ver à Soie

Les éditions Le Ver à Soie

Rencontre avec Virginie Symaniec

au Café-librairie l’Ivraie – Douarnenez

jeudi 29 septembre à 20h30

Information : Tél.09.73.65.03.73

19, rue Voltaire

Virginie Symaniec, fondatrice des éditions Le Ver à Soie*, est actuellement en résidence d’écriture à Douarnenez invitée par l’association Rhizomes**.

L’occasion de faire un focus sur cette jeune et talentueuse maison d’édition qui choisit de décliner le thème de l’exil à travers ses publications. Plusieurs collections, entre romans et albums jeunesse, constituent un catalogue où chaque livre, véritable bel objet illustré par Elza Lacotte, est aussi une source de voyage, d’émerveillement, d’émotions et de réflexions autour de l’ailleurs, du départ…

ver-la-deesse ver-plume couv-hugo couv_mamou_v3

La Déesse des vers à soie

D’après un conte traditionnel chinois sur l’exil

éditions Le Ver à Soie – 53 pages – 2014 – 14 euros

ver-la-deesse

 

Pendant tout le temps qu’avait duré le voyage, ils s’étaient beaucoup aimés. Chevauchant les airs, ils avaient d’abord commencé à se ressembler. Puis, peu à peu, ils s’étaient métamorphosés pour ne devenir qu’un seul et même être : une jeune femme à tête de cheval, au ventre aussi rond et aussi doux qu’un cocon de soie.

Cannü, jeune fille chinoise belle et intelligente, vit seule avec son père et un cheval blanc qui comprend le langage des hommes. Cannü et le cheval se promettent l’un à l’autre. Désemparé, le père tue alors l’animal. Se sentant coupable, Cannü s’approche de la dépouille et se retrouve soudainement habillée de la peau du destrier qui l’emporte dans le ciel en direction du Printemps. Elle devient la déesse des vers à soie & la légende raconte qu’elle protège les femmes d’un amour médiocre et apporte la richesse. Car lorsqu’elle veut parler le langage des hommes, à la place des mots sort un long et très fin fil de soie source de prospérité pour ceux qui les cultivent.

Les superbes sérigraphies en noir et blanc de Elza Lacotte*** accompagnent avec force et délicatesse ce conte cruel et poétique. Le dessin plein de fougue ou de douceur sort du cadre, se déploie ou souligne avec sobriété l’onirisme et le lyrisme de cette histoire traditionnelle.

Deux autres albums jeunesse sont proposés par les éditions Le Ver à Soie :

Le petit arbre plume, de Pascale Graciet illustré par Elza Lacotte

 

ver-plume

 

Une jolie histoire sur un arbrisseau qu’une tempête éloigne de sa famille et qui va réinventer sa vie dans une autre forêt. Ici, le dessin superbe se décline en rouge et noir sur fond vert. Lumineux !

&

Mon cousin Hugo par Coco des Amériques, ill.Elza Lacotte

 

couv-hugo

On retrouve l’esprit voyageur de l’illustratrice Elza Lacotte qui propose ici de très belles illustrations notamment des cartes du monde magnifiques et colorées pour accompagner un texte vif, intelligent, instructif et ludique.

Dans la collection 50 000 signes :

couv_mamou_v3

Mamou de Angi Máté

Prix Sandor Brody en 2009

traduit du hongrois par Zsuzsa Kosza , illustrations de Elza Lacotte

éditions Le Ver à Soie – 77 pages – 2015 – 16 euros

Je m’en lassais vite et je crois que j’aurais même oublié ces pensées, si mamou n’avait pas été une aussi bonne trouveuse de grincements et une si bonne secoueuse de sommeil. Alors comme ça elle disait toujours les pères à mes oreilles trempées de sueur et rouges de sommeil. Alors, à chaque fois qu’elle tournait la mèche et qu’elle sortait le lit, je savais qu’il allait s’ensuivre du secouage et du réfléchir.

Un roman tendre, drôle et émouvant porté par l’imaginaire de la jeune narratrice et sa langue inventive. Ce langage de l’enfance qui pose des images et des sensations sur les situations et les personnes qui les entourent. Une vision impressionniste de la vie offerte à hauteur de cette petite fille qui vit seule avec sa grand-mère après le décès de sa mère. Une mort que Mamou, grand-mère revêche mais néanmoins attentive, semble reprocher à Angyella : « Puis, j’ai appris que je n’avais pas de père, que ma mère est morte. Et ça, mamou le disait comme si elle ne voulait pas le laisser échapper de sa bouche, serrée, et ses yeux ne m’aimaient pas ». Pour échapper à un quotidien triste et parfois violent, la narratrice laisse pousser des jardins sur ses genoux, devient cheval et accumule les bêtises. Mamou est aussi un roman contemporain venu de l’Est de l’Europe qui interroge la place de l’enfant sous les régimes autoritaires. Un très beau 1er roman à lire dès l’adolescence.

 

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

*Le Ver à Soie

http://www.leverasoie.com/

**Association Rhizomes

http://www.rhizomes-dz.com/

***Plasticienne diplômée de l’École régionale des Beaux-Arts de Rennes : https://elzalacotte.wordpress.com/

L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie

 

Hervé Kempf
L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie
éditions Seuil – 2013 – 7 euros – 155 pages

 

Dans la période que nous vivons, et qui voit se conjuguer
dans le même mouvement 
la crise écologique, le refus d’inégalités insupportables et l’aspiration à la démocratie,
la chance est là, dans ce réveil de la conscience populaire.

 

À l’origine de notre civilisation, le miracle grec & l’invention de la démocratie c’est-à-dire la démonstration « qu’une communauté humaine se gouvernant elle-même dans la justice et l’égalité était source de beauté, de puissance et d’équilibre ». Loin de l’esprit de Périclès, d’Hérodote et d’Aristote, aujourd’hui, nos sociétés contemporaines s’engagent sur la voie d’un régime oligarchique soit « la domination d’une petite classe de puissants qui imposent leurs décisions à l’ensemble des citoyens ».

Or, les défis du XXème siècle notamment la crise écologique attendent une réponse globale hors de tout repli identitaire et de toute tentation prédatrice. Pour l’auteur, face à ces enjeux cruciaux, la démocratie doit se réinventer ici et ailleurs. Une démocratie sans croissance et vertueuse. « Pour faire démocratie, il faut faire vertu, pour changer le destin écologique, il faut faire vertu. Vertu, un autre nom de l’humanité ».

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

 

A l’occasion de la sixième édition de Libres en littérature

dont le thème est Rêvons demain,

la Fédération des Cafés-librairies, la Dame Blanche et L’Autre Rive vous proposent

de rencontrer le journaliste Hervé Kempf

La une-libre-en-litterature-2016

Programme complet : libre-en-litterature-2016-1

Vendredi 4 novembre à 20h à La Dame Blanche (Port-Louis – 56)
Rencontre avec Hervé Kempf animée par l’auteur et metteur en scène de théâtre Joël Jouanneau.

Information & réservation conseillée :
La Dame Blanche – 35 Grande Rue – 56290
Port-Louis – Tél. 02 97 82 45 11
Blog : www. la-dameblanche.fr

&

Samedi 5 novembre à 14h à l’Autre Rive (Berrien – 29)
dans le cadre d’un week-end consacré à la Convergence des Luttes

Débat à 14h avec Hervé Kempf
suivi à 16h d’une rencontre avec Anna Bednik autour de son essai passionnant
intitulé L’extractivisme, exploitation industrielle de la nature : logiques,conséquences, résistances
(Éditions Le passager clandestin).

Information & réservation conseillée :
L’Autre Rive – Restidiou Vraz – 29690
Berrien – Tél. 02 98 99 72 58
Mel : lautre-rive@hotmail.fr
Blog : autrerive.hautetfort.com

A la place du coeur roman ado

Arnaud Cathrine

A la place du cœur 
Robert Laffont – Collection R
16€ – 242 pages

Thèmes : amour, amitié, attentats

9782221193334.jpg (502×800)

On n’avait pas l’âge, putain.
L’âge de quoi ?
J’ai dix-sept ans, la vie devant moi et de la mort partout. […]
C’est quoi l’autre choix ?

Nous sommes le 6 janvier 2015, Caumes fête ses 17 ans entouré de sa bande de potes et surtout d’Esther, la fille qui lui plaît plus que tout. Un peu d’alcool, un peu de drogue, mais surtout, une histoire d’amour qui débute. Nous sommes le 7 janvier 2015 et il y a quelques heures à peine, Caumes embrassait Esther au milieu du terrain de sport. Nous sommes le 7 janvier 2015 et la France vient de basculer dans l’effroi : deux terroristes sont entrés dans les locaux de Charlie Hebdo et ont tiré à coups de kalachnikovs sur les journalistes qui étaient présents. Le bilan est lourd : 11 morts.
Tout se bouscule dans la tête de Caumes,. Il est fou amoureux et doit en même temps faire face à des événements qui le dépassent, qui le touchent, qu’il ne comprend pas vraiment…
A la place du cœur c’est une semaine dans la vie de Caumes, une semaine dans la vie d’un ado qui se prend une énorme claque. On le suit au plus près de ses émotions, de ses questionnements… C’est un roman coup de poing que nous offre Arnaud Cathrine. Un ton brut, réaliste, parfois cru mais toujours très juste.

Pauline Kermanach, Café-librairie Livres In Room, Saint-Pol-de-Léon

Notre-Dame-des-Landes

Hervé Kempf
Notre-Dame-des-Landes
éditions du Seuil, 158 pages, 10 euros, 2014

La poésie de la Zad, le sentiment de « magie » qu’elle inspire, expriment le renversement de l’imaginaire collectif :
l’avion ne fait plus rêver. On cherche aujourd’hui le lien invisible avec l’essence de la nature,
le charme imprévisible d’une relation humaine authentique,
la fusion émancipatrice dans l’énergie collective.

La lutte contre l’aéroport Notre-Dame-des-Landes réunit plusieurs collectifs dont l’Adeca* créé dès 1972 par les paysans, l’Acipa** fondé par les citoyens en 2002 puis le CéDpa*** qui réunit des élus municipaux, généraux, régionaux en 2009. Cette même année, une soixantaine de jeunes s’installent sur la Zad. La vie alors « s’enracine, s’organise, s’invente, avec ses frictions, ses incompréhensions, ses apprivoisements réciproques, sa créativité. » entre « historiques » & « zadistes ». Les expulsions de l’automne 2012 et les violences policières donnent une visibilité nationale à cette résistance, soudent les forces vives de la ZAD et entraînent la création de comités de soutien à l’échelle nationale. Dans cet essai argumenté, étayés de témoignages, Hervé Kempf nous offre une analyse précise des enjeux sociétaux, démocratiques, écologiques et économiques posés par la construction de ce nouvel aéroport classé parmi les Grands projets inutiles imposés. Ce livre passionnant incarne la volonté de Hervé Kempf de proposer une information au service de la démocratie et donc de notre liberté. Il est fondateur du quotidien de l’écologie : https://reporterre.net/

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

*l’Association de défense des exploitants concernés par l’aéroport Notre-Dame-Des-Landes
** l’association citoyenne intercommunale des populations concernés par le projet d’aéroport
*** Collectif des élus doutant de la pertinence de l’aéroport

A l’occasion de la sixième édition de Libres en littérature

dont le thème est Rêvons demain,

la Fédération des Cafés-librairies, la Dame Blanche et L’Autre Rive vous proposent

de rencontrer le journaliste Hervé Kempf

Vendredi 4 novembre à 20h à La Dame Blanche (Port-Louis – 56)
Rencontre avec Hervé Kempf animée par l’auteur et metteur en scène de théâtre Joël Jouanneau.

Information & réservation conseillée :
La Dame Blanche – 35 Grande Rue – 56290
Port-Louis – Tél. 02 97 82 45 11
Blog : www. la-dameblanche.fr

&

Samedi 5 novembre à 14h à l’Autre Rive (Berrien – 29)
dans le cadre d’un week-end consacré à la Convergence des Luttes

Débat à 14h avec Hervé Kempf
suivi à 16h d’une rencontre avec Anna Bednik autour de son essai passionnant intitulé
L’extractivisme, exploitation industrielle de la nature : logiques,conséquences, résistances
(Éditions Le passager clandestin).

Information & réservation conseillée :
L’Autre Rive – Restidiou Vraz – 29690
Berrien – Tél. 02 98 99 72 58
Mel : lautre-rive@hotmail.fr
Blog : autrerive.hautetfort.com

L’extractivisme en question, un essai de Anna Bednik

Anna Bednik

L’extractivisme, exploitation industrielle de la nature : logiques, conséquences, résistances

Éditions Le passager clandestin

368 pages – 18 euros – 2016

Les mobilisations concrètes et locales contre les projets extractivistes ou plus généralement pour la défense des territoires occupent tous les jours des milliers, voire des millions de personnes, qui sont autant d’agents de contagion. Les « chaînes de coopération », impliquant toutes sortes d’acteurs, qui se créent autour de ces luttes permettent la diffusion d’idées qui s’attaquent, petit à petit, à l’imaginaire des « états de fait » indépassables.

Qu’est-ce que l’extractivisme ? C’est un programme pour utiliser la terre et non pour vivre avec elle ; pour extraire et absorber ses biens comme matières premières à échelle industrielle. Il ne comptabilise que les lieux à ressources et les lieux de consommation et reste aveugle aux régions, aux peuples, aux cultures, aux valeurs humaines.

Journaliste engagée dans des mouvements anti-extractivistes*, Anna Bednik est allée rencontrer les populations du continent latino-américain en lutte contre des projets qui ravagent leurs terres depuis très longtemps. Face à l’appétit mondial des exploitants, Anna Bednik nous convie à une plongée vertigineuse et extrêmement documentée « au cœur de la planète-marchandise… » et de la résistance qui s’organise au Sud comme au Nord (projets miniers, hydrocarbures non conventionnels…).

L’Occident, la France, la Bretagne ne sont pas épargnés par l’aggravation de ce phénomène que l’on tente de justifier par une logique de développement des territoires (création d’emplois, autonomie énergétique, dynamique économique…).

« Devant l’ampleur des menaces,…l’impératif de préserver le vivant dans les modes de pensée et d’agir : d’autres rapports au savoir, aux autres, à la nature et à l’existence se dessinent et prennent corps. »

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

*Dont l’ALDEAH : Alternatives au développement extractiviste et anthropocentré : http://www.aldeah.org/

Dans le cadre de la sixième édition de notre manifestation Libres en littérature : Rêvons demain, Anna Bednik intervient au café-librairie L’Autre Rive à 16h le samedi 5 novembre 2016. A 14h, ce même jour, L’Autre Rive reçoit Hervé Kempf, journaliste & fondateur du quotidien de l’écologie REPORTERRE**.

Information & réservation conseillée :

L’Autre Rive – Restidiou Vraz – 29690

Berrien – Tél. 02 98 99 72 58

Mel : lautre-rive@hotmail.fr

Blog : autrerive.hautetfort.com

**Ces deux rencontres se déroulent dans le cadre d’un week-end consacré à la convergence des luttes. Le programme complet sera disponible prochainement sur le blog de l’Autre Rive.

Les enfants de l’espoir

Libres en littérature 2016

Annick de Giry & Bruno Pilorget

Les enfants de l’espoir, pour un monde solidaire

éditions Amnesty International/ Les éditions des éléphants

61 pages – 15 euros – 2016

visuel-couv-les-enfants-de-lespoir-b-pilorget

 

On n’est jamais trop jeune

pour aider les autres

 

Ils/ elles viennent du Pakistan, d’Inde, des Philippines, du Malawi, du Congo, du Brésil, de Colombie. Elles/ils sont pour l’éducation des filles, contre le mariage forcé, les enfants des rues ou des bidonvilles, les jeunes esclaves ou réfugiés. Ils partagent leur jeunesse et leur combat contre ces situations injustes et violentes qu’ils ont vécues. Malala, Kesz, Sandra, Om, Mayra, Baruani, Mémory sont ces enfants de l’espoir venus du monde entier et rejoints par Craig, jeune canadien mobilisé dès l’âge de 12 ans contre le travail des enfants. IIs ont en commun d’agir pour la cause des leurs et de défendre par leur action la Déclaration des Droits de l’enfant (1959).

Leur résistance est instinctive, courageuse car menée parfois au péril de leur vie. Ils sont les premiers à s’indigner, franchissent seul(e) une multitude de difficultés pour ensuite emporter l’adhésion de leur entourage. Leur engagement est souvent récompensé par Le Prix international de la paix des enfants.

Annick de Giry nous invite à découvrir chaque enfant à travers son combat. Sans emphase, l’auteure raconte de façon très vivante l’espoir, l’altruisme et l’énergie qui se dégagent de ces filles et garçons. Les illustrations lumineuses de Bruno Pilorget accompagnent & prolongent en couleur, avec douceur ou avec force, le récit.

Un superbe album qui réussit le pari d’être pédagogique, instructif et passionnant & de nous mettre en mouvement.

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

 

Dans le cadre de la sixième édition de Libres en littérature, Bruno Pilorget animera le 2 novembre 2016 un atelier d’illustration au Café-librairie Rendez-vous n’importe où & à la Médiathèque (Pontivy – 56).

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Information & réservation conseillée – atelier d’illustration de 14h30 à 16h30 : Rendez-vous n’importe où 28, rue du Pont – 56300 Pontivy

Tél. 02 97 07 00 48 Mel : librairierendezvousnimporteou@ gmail.com

Programme complet de la manifestation :

libre-en-litterature-2016-1

Libres en littérature 2016

Rêvons Demain

une-libre-en-litterature-2016-hd-1

 

Pour la sixième édition de notre manifestation littéraire Libres en littérature, les libraires de la Fédération des Cafés-librairies de Bretagne ont choisi d’illustrer le thème de Rêvons Demain :

 
Aujourd’hui, les constats ne portent pas à l’optimisme : crises écologique, sociale et politique, récession économique, conflits multiples, peuples et démocraties en souffrance… Pourtant, partout en France et dans le monde, des hommes et des femmes souhaitent un monde plus juste, un monde partagé, un monde respectueux de la Terre. Nos invités pour cette sixième édition questionnent l’état de la planète, témoignent de cette mise en mouvement des citoyens (le Printemps arabe, les Indignés, Podemos, Nuit Debout …) et rappellent la nécessité de dire et d’agir… ensemble et vite…
 
Vous trouverez ci-joint la programmation complète en présence de nos invités : Maram Al Masri, poétesse syrienne, Anna Bednik, diplômée en économie et en géopolitique, journaliste, Jacques Caplat, agronome et ethnologue, Pascal Greboval, co-fondateur et rédacteur en chef de la revue Kaizen, Paul Jorion, anthropologue & essayiste, Hervé Kempf, journaliste, essayiste, fondateur du quotidien Reporterre, Tudi Kernalegenn, chercheur, enseignant, journaliste, Georges Lefeuvre, diplomate & chercheur, Bénédicte Manier, journaliste, Marc Petitjean, photographe et cinéaste, Bruno Pilorget, illustrateur & carnettiste,Mamadou Sall, conteur,Maryam Samaan, plasticienne syrienne, Hamid Sulaiman, architecte, plasticien et auteur syrien.
Découvrez le programme de la sixième édition de Libres en Littérature :
une-libre-en-litterature-2016-hd-1

HAMID SULAIMAN FREEDOM HOSPITAL

Hamid Sulaiman

Freedom Hospital

ça et là/ arte editions

285 pages – 23 euro

freedom-hospital-couv

 

Nous reconstruirons en plus grand. J’étais consciente des risques

en créant l’hôpital et je suis prête à assumer le coût de mes ambitions.

Il y a un prix à payer pour réaliser ses rêves.

 

Yasmine, jeune pharmacienne énergique, a créé un hôpital clandestin, FREEDOM HOSPITAL, dans une ville syrienne afin de venir en aide aux rebelles. Sophie vient faire un reportage sur cet établissement et ses occupants. Après avoir traversé clandestinement la Turquie en ce mois de « Mars 2012, 40000 victimes depuis le début de la révolution » en leur compagnie, nous côtoyons la société syrienne dans sa diversité. L’hôpital rassemble notamment un kurde, un alaouite, une journaliste franco-syrienne, des membres de l’armée libre et un islamiste radical. Ici, la tolérance fait loi. Mais l’histoire fait imploser le fragile équilibre de cette communauté. Un an après ce jour de mars 2012 et un terrible bombardement, Freedom Hospital se voit contraint de poursuivre sa mission depuis un « camp de réfugiés, frontière syro-turque ».

Un dessin en noir & blanc pour des personnages hauts en couleur et passionnants à suivre dans cette année de vie, une année de survie. Les paysages comme les corps et les visages sont en mouvement permanent. Ils rythment la narration et se révèlent parfois à nous comme inscrits sur un négatif. Du noir de la page, jaillissent les hommes et les femmes qui s’aiment, manifestent, combattent. Du noir saturé, surgissent les armes et les bombes, la peur et la violence. Freedom Hospital est aussi une histoire d’amours et d’amitiés, de solidarité et d’entraide, de courage et de liberté. C’est l’histoire d’une société syrienne et de sa jeunesse en marche.

Quatre saisons sont ici déclinées par Hamid Sulaiman, pacifiste talentueux, qui dresse un portrait plein d’humanité de la Syrie en guerre. Son roman s’achève sur un nouveau printemps comme une promesse d’un changement à venir.

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

HAMID SULAIMAN

copyright : Jérémie Lortic -

copyright : Jérémie Lortic

sera présent

sur le stand de La Cour des Miracles

dans le cadre de notre manifestation Libres en littérature

& du Festival de BD Quai des Bulles

http://www.quaidesbulles.com/

le samedi 28 & le dimanche 29 octobre 2016

———————————————————————————————————————————————

A découvrir prochainement le programme complet de cette sixième édition de Libres en littérature

sur le thème de 

Rêvons demain

en présence de :

Maram Al Masri, poétesse syrienne

Anna Bednik, diplômée en économie et en géopolitique, journaliste

Jacques Caplat, agronome et ethnologue

Pascal Greboval, co-fondateur et rédacteur en chef de la revue KAIZEN

Paul Jorion, anthropologue & essayiste

Hervé Kempf, journaliste, essayiste, fondateur du quotidien REPORTERRE

Tudi Kernaleguen, chercheur, enseignant, journaliste

Georges Lefeuvre, diplomate & chercheur

Bénédicte Manier, journaliste

Marc Petitjean, photographe et cinéaste

Bruno Pilorget, illustrateur & carnettiste

Mamadou Sall, conteur

Maryam Samaan, plasticienne syrienne

&

Hamid Sulaiman, architecte, plasticien et auteur syrien

Le Jardin des Epitaphes coup de coeur ado de La Cabane à Lire

Taï-Marc Le Thanh

Le jardin des Epitaphes

Didier Jeunesse / sortie 28/09/2016

17 euros

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

Thèmes : Aventure – Fraternité – Apocalypse
Âge : à partir de 14 ans

 

Turbine, ou encore Hypoténuse, est venu chercher son frère et sa soeur, restés seuls à Paris, après les catastrophes de l’Aberration. L’Aberration est une monstrueuse particule qui a engendré des phénomènes plus destructeurs les uns que les autres : nuages solidifiés écrasant tout sur terre, courants marins détournés et tempêtes apocalyptiques. Des humains sont transformés en singe ou en zombie ou en cannibale. Des machines deviennent tueuses. Ne sont restés en vie que ceux qui se sont cachés. C’est le cas de nos trois héros, trois enfants emportés dans la tourmente. Un seul objectif : survivre pour rejoindre leurs parents de l’autre côté de l’Atlantique. Ils vont traverser la France en direction du Cap Saint-Vincent au Portugal, là où les courants marins ont agglutiné tous les bateaux.
Ils vont surmonter tous les obstacles mais c’est surtout Turbine, grand frère protecteur, qui se bat. Il n’est pas tout à fait comme les autres ; Sa force, sa résistance, son intelligence sont bizarrement décuplées. Il sait, sans se souvenir vraiment, qu’il a été l’objet d’expériences dans un centre qui l’ont rendu « sur-homme ». Mais son humanité fait toute la différence.
Taï-Marc Le Thanh nous offre un roman d’aventure apocalyptique, dur et noir, à la « Mad-Max », avec un personnage aux allures de « Caméléon ». C’est une quête de vérité qui laisse le lecteur en état de survie. Attention, âme sensible !

Valérie Fèvre, La Cabane à Lire