Archive: Oct 2022

Marie-Hélène Lafon en soirée-lectures à La Canopée

Vendredi 14 octobre à 18H

DE PÈRE(S) EN FILS
La Canopée – Ploërmel (56)

 

Rencontre-lectures avec Marie-Hélène Lafon pour ses romans dont Histoire du fils, Prix Renaudot 2020, Joseph ou l’Annonce (Buchet Chastel/ Folio). « Les pays » de Marie-Hélène Lafon sont la littérature, le langage mais aussi le Cantal, Terre des origines qui accueillent ses narrations.
Histoire du fils, histoire d’une filiation, histoire d’un secret, histoire de deux familles qui se côtoient sans jamais se réunir entre le Lot, le Cantal et Paris. Le fils, c’est Dadou – André – né de père inconnu, confié par sa mère Gabrielle à Hélène et Léon, heureux d’accueillir le quatrième enfant. De 1908 à 2008, le puzzle se recompose et nous donne à voir ces vies aussi simples que complexes qui se déploient sur trois générations. Au fils des silences et des renoncements, des évidences et des mystères, Histoire du fils nous raconte NOS VIES telles qu’elles se tissent et nous échappent.

Elle vient d’avoir quarante-sept ans, il a calculé que c’était une vieille mère
même si elle reste longue et vive dans ses robes de Paris.
Quand le museau carré et chaud de la locomotive est apparu au bout du quai, Léon a sauté dans le wagon pour caser les valises de la Parisienne. Léon parle comme ça, il a ses mots à lui qu’André aime bien ; ce sont des mots qui arrangent les choses, font rire ou sourire, et consolent le monde. Il préfèrerait qu’Hélène et Léon soient ses vrais parents, et les cousines ses vraies sœurs. Il préférerait mais il a toujours su la vérité. Gabrielle est sa mère et on ne connait pas son père.*

Soirée-lectures avec Marie-Hélène Lafon autour de ses romans intenses et délicats.

Lafon_Fils_Renaudot

Informations & réservations conseillées :
La Canopée
1 rue des Herses 56800 Ploërmel
Tél.02 97 72 45 79
Mél.librairie-lacanopee.fr

*P.61 in Histoire du fils, folio.

Laëtitia Rouxel et Jacques Caplat – Deux mains dans la terre à l’Ivresse des mots

 

Mercredi 19 octobre à 20H30
L’Ivresse des mots – Lampaul-Guimiliau (29)

Rencontre avec Laëtitia Rouxel et Jacques Caplat autour de leur bande-dessinée-essai Deux mains dans la terre (Actes Sud/ Domaine du possible). Pour convaincre que la transition vers une agriculture écologique est toujours possible, Laëtitia Rouxel et Jacques Caplat nous proposent une fiction inspirée de la vie d’agriculteurs et d’agricultrices croisés au fil des luttes et des transitions menées ensemble.

Deux mains dans la terre est l’histoire de Fred, de sa femme Mel, de leur fille Thémis et de leur ferme. Mel est convaincue d’arrêter l’extension de l’exploitation, de cesser d’utiliser engrais et pesticides mais Fred a besoin de temps pour s’engager dans une mutation qui lui semble complexe. Une bande-dessinée divertissante et pleine de vie qui met en scène les questions qui se posent aujourd’hui aux paysan.nes, à la société toute entière.

La question agricole nous concerne tous.
Il ne faut plus déléguer la fonction nourricière à l’agro-industrie.*

Le livre se poursuit par un essai illustré, CHANGER une transition agroécologique de Jacques Caplat qui pose avec clarté les nécessités du mouvement qui doit être accompagné et nous engage tous et toutes. Rencontre-débat avec ce duo inspiré et inspirant qui nous offre des perspectives accessibles, vertueuses et durables.

Deux mains dans la terre

Informations & réservations conseillées :
L’ivresse des mots
4 route de St-Sauveur 29400 Lampaul-Guimiliau
Tél.02 98 67 95 19
Mél.ivressedesmots@orange.fr

*P33 in Deux mains dans la terre

David Gé Bartoli au Temps qu’il fait

Jeudi 20 octobre à 18H30
Le Temps qu’il fait – Mellionnec (22)

VIVRE UNE TERRE EN COMMUNS

 

Rencontre avec David Gé Bartoli, autour de son essai philosophique, écrit avec Sophie Gosselin, aussi passionnant que foisonnant : La condition terrestre, habiter la terre en communs (Seuil). À partir du constat que notre condition moderne s’effondre, les auteur.e.s nous invitent à repenser les moyens d’habiter la terre des montagnes andines de Bolivie à la rivière Whanganui de Nouvelle-Zélande, de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes en France à l’archipel des îles de Kanaky-Nouvelle Calédonie, du fleuve Elwha aux États-Unis à la rébellion des zapatistes du Chiapas mexicain.

Cette enquête menée à travers le monde réinvente le statut des peuples qui se transforment en peuples-rivières, peuples-montagnes ou peuples-archipels, repense la souveraineté de l’État qui doit se partager pour tenir compte des perspectives décoloniales, interspécifiques et écoféministes.
Ces réinventions nous engagent à réhabiter autrement nos relations, nos affects, nos imaginaires afin de vivre une Terre en communs : une Terre faite de plusieurs mondes.

Ceux-ci ouvrent une voie alternative à celle qui semble se profiler aujourd’hui avec la montée des pouvoirs conservateurs ou autoritaires qui, un peu partout, cherchent à imposer aux peuples de la Terre les normes contraignantes d’une gouvernementalité planétaire. À la condition cyborg promise par ce géopouvoir, les peuples terrestres opposent l’invention d’institutions capables de prendre en charge notre condition terrestre.*

Rencontre avec le philosophe David Gé Bartoli qui questionne le devenir de la Terre avec profondeur et poésie.

La Condition terrestre

 

Informations & réservations conseillées :
Le Temps qu’il fait
12 Place de l’Église – 22110 Mellionnec
Tél.02 96 36 40 90
Mél.contact@librairieletempsquilfait.org

*P.27 in La condition terrestre, habiter la terre en communs