Author: Gaëlle Pairel

Le livre est-il écologique ?

Une chronique d’Elise Feltgen
Le Temps qu’il fait
Mellionnec – 22

1507-1

Juste avant le confinement, j’avais reçu à la librairie un livre édité aux éditions Wildproject dans la collection Petite bibliothèque d’écologie populaire dont le titre avait retenu mon attention 

Le livre est-il écologique ?

Dans la plupart des cas, la réponse est évidemment non. La chaîne du livre répond à des logiques marchandes et mondialisées et se préoccupe assez peu de l’état de nos écosystèmes, sauf lorsque la thématique devient tout à coup rentable et qu’il faut alors se presser de sortir des nouveautés (imprimées à l’étranger sur des papiers provenant en grande partie d’Amérique du sud) sur la permaculture ou la fabrication d’éponges en tissus recyclés.

En tant que libraire, passionnée par les questions soulevées par les sciences humaines et l’écologie actuelle, je m’étais souvent posée la question, sans aller beaucoup plus loin devant l’ampleur du problème : nombre hallucinant des publications annuelles et pilonnage intensif, provenance des papiers, imprimeurs délocalisés, transports, emballages, normes FSC et PEFC insuffisantes ( à propos de la gestion des forêts de notre territoire, je vous conseille d’ailleurs l’excellent documentaire de F.X. Drouet, Le temps des forêts)…

Si j’avais voulu présenter en rayon seulement des livres fabriqués de façon écologique, ma sélection aurait été de beaucoup amoindrie et c’est un euphémisme !
Heureusement, vous auriez pu trouver dans la librairie quelques très bon titres, édités notamment par Wildproject ou Zones sensibles.

 

Le temps qu'il fait

Et à quoi ressemblerait une librairie dans un monde différent ?

Un tel lieu aurait-il un sens ? ça j’en suis persuadée mais comment pourrait-il exister si justement la chaîne du livre se mettait à dysfonctionner ?

Dans le contexte actuel de pandémie, cette question devient brûlante. J’ai donc ouvert le livre : en 2019, une association pour l’écologie du livre a été crée par différents acteurs et actrices du monde du livre et de la lecture, dans l’idée « d’œuvrer à la diffusion des idées de l’écologie » auprès de l’ensemble de la filière.

ecologiedulivre.org

Ce petit ouvrage, Le livre est-il écologique ?, donne une idée des réflexions passionnantes menées par ce collectif. Il commence avec l’interview – déjà publiée dans Un sol commun, Lutter, Habiter, Penser, Marin Schaffner, Wildproject – de la libraire Anaïs Massola qui expose l’importance du métier de libraire pour la préservation de la bibliodiversité.

Nous entendons aussi le point de vue d’un éditeur –  Alexandre Laumonnier, Zones sensibles – soucieux des questions écologiques. L’autre bout de la chaîne n’est pas éludé, car l’entretien suivant est mené avec le forestier Daniel Wallauri engagé chez WWF France.

Le grand mérite de ce tout petit livre est aussi d’y avoir réuni quelques nouvelles d’éco-fictions, qui imaginent des librairies d’un genre nouveau. Si toutes les propositions ne m’ont pas également séduites, la démarche est à saluer, car c’est en faisant bouger les imaginaires qu’on peut espérer construire quelque chose de différent.

Imaginons donc une autre façon de concevoir la vie d’un livre
quelle que soit notre place dans cette chaîne
éditeur/trice, libraire & aussi lectrice et lecteur. 

Carte FCLB avec Ulysse à l'Ouest

Un samedi au Japon

Entre essai poétique
& roman humaniste

 

Haïkus & changement climatique,
le regard des poètes japonais

Alain Kervern
Géorama – 2019 – 12€

Couv_HAIKUS_CLIM.indd

Le coup de cœur de Didier Labouche – Le Chenal – Porspoder

La dialectique culture-nature que vivent, en particulier, les poètes de haïku prend un tour aigu face aux évolutions de ce qui semble devenir une dégradation généralisée de l’environnement naturel de l’humanité. Le réchauffement climatique et les dérèglements qu’il entraîne ont un impact de plus en plus préoccupant sur la diversité biologique. La poésie du quotidien dont se nourrissent les haïkus bascule peu à peu dans une autre réalité, plus mouvante, plus incertaine et les poètes de haïku, inlassables scrutateurs des métamorphoses saisonnières, assurent de plus en plus nombreux une véritable veille écologique face à des évolutions climatiques jusqu’ici inconnues. Grand spécialiste du haïku et de la culture japonaise, Alain Kervern signe un essai visionnaire et passionnant sur le regard des poètes face à cette réalité climatique.

Au fond de la nuit
s’éteignent l’une après l’autre
les lucioles pour toujours

Hosomi Ayako (1909 – 1997)

 

 

Les miracles du bazar Namiya
Keigo Higoshino
Actes Sud – 24€ – 2020

liv-21373-les-miracles-du-bazar-namiya
Le coup de cœur de Soazig Le Sann – Le Bel Aujourd’hui – Tréguier

Monsieur Namiya, propriétaire du bazar, avait l’habitude de répondre le plus honnêtement possible aux demandes de conseils qui lui étaient adressées, et ses réponses étaient parfois très utiles aux habitants de cette petite ville de province, proche de Tokyo. Comment se fait-il qu’après la mort de Monsieur Namiya et la fermeture de son bazar, les demandes de conseils continuent d’arriver, ainsi que les réponses ?

Ce lieu mystérieux, sorte de pont entre passé et présent, permet à l’auteur d’explorer l’évolution de la société japonaise depuis les années 60. L’intrigue est parfaitement maîtrisée et les paradoxes, écueils inhérents aux récits de voyage dans le temps, sont évités. C’est pour moi un livre très très réussi !

A bientôt

La librairie à la UNE

chères lectrices, chers lecteurs

gwrizienn-cake-des-poetes

Merci à vous de soutenir la librairie indépendante
EN UN CLIC
https://soutenirmalibrairie.wixsite.com/site

Merci à Mathilde Serrell
pour sa théorie consacrée à la librairie indépendante
https://www.franceculture.fr/emissions/la-theorie/reouvrir-les-librairies-une-urgence-non-seulement-economique-mais-symbolique

logo-france-culture

& MERCI à PAGE
de nous offrir des portraits de libraires indépendant(e)s

Retrouvez Valérie Fèvre
du café-librairie
La Cabane à Lire à BRUZ
sur PAGE

https://www.pagedeslibraires.fr/livre-22154/valerie-fevre.html?osa=5349ce1422bcb109de496b7dda5560f05810593d

Bonnes lectures
& nous avons hâte de vous retrouver

Les coups de coeur de la Dame Blanche

Quatre propositions littéraires
où il est question d’humanité,
d’amitié avec l’animal

& d’un monde à réinventer

 

DOMINIQUE

Marion Brunet
Vanda
Albin Michel – 18€ – 2020

BRUNET_Vanda_P1 (1)

Après L’été circulaire, Marion Brunet revient avec un roman tout aussi sombre et désespéré. Vanda est une jeune femme qui vit en marge dans une bicoque sur une plage du sud, seule avec son fils Noé. Son fils, c’est sa raison de vivre, ce qui la retient dans le monde des vivants. Leur relation est fusionnelle et exclusive. Alors lorsque le père de Noé découvre l’existence de l’enfant et fait irruption dans leur vie afin de prendre sa place, l’équilibre fragile que Vanda a construit vacille. La peur, la fureur et la rage s’emparent d’elle et la voilà louve, prête à tout pour protéger son petit.

Il y a 20 ans disparaissait Jean Claude Izzo, grand auteur et témoin de la misère des « gens de peu ». Marion Brunet est incontestablement sa digne héritière.

 

La DB Librairie

Nastassja Martin
Croire aux fauves
Verticales – 12.50€ – 2019

Nastassja-Martin---Croire-aux-fauves-2019 (1)

Nastassja Martin est anthropologue, spécialiste des peuples du Grand Nord. Croire aux fauves est le récit d’une rencontre qu’elle a subie en 2015 avec un ours brun dans les montagnes du Kamtchatka. Si elle n’avait pas eu un piolet à portée de main, l’ours l’aurait probablement tuée. La confrontation inattendue et brutale avec le monde sauvage l’amène à s’interroger intensément sur le sens de son métier, de sa vie, de ses choix, de son rapport au monde, à la nature, aux autres…Les innombrables questions qu’elle pose dans son livre nous invitent à plonger dans une rêverie parfois poétique, parfois philosophique…et n’est-il pas réjouissant de nous entendre dire avec elle

La situation de crise me paraît toujours bonne à penser
parce qu’elle recèle la possibilité d’une autre vie, d’un autre monde.

 

jardin1 (1)

l’Homme Etoilé
A la vie !
Calman-Lévy graphic – 16.50€ – 2020

a la vie (1)

Rien que le titre et le nom énigmatique de l’auteur donne envie de saisir cette BD en ces temps où la maladie et la mort ont envahi notre quotidien. L’homme étoilé est infirmier en soins palliatifs, il est décrit comme « un marshmallow coincé dans une armoire à glace » par une de ces collègues. Il est tatoué, fan de rock et de la Suède. C’est avec son énergie, parfois ses doutes, son émotion ou ses agacements, bref avec toute son humanité qu’il accompagne les personnes en fin de vie dont il fait le portrait. Le résultat est tout sauf larmoyant et triste. On aurait presque envie de mourir à condition qu’il soit à nos côtés ! A l’heure où on ne sait plus comment remercier le personnel hospitalier, ce livre est un vrai cadeau.

Carte FCLB avec Ulysse à l'Ouest

Guillaume Guéraud
Les trois enterrements de mon chien
Rouergue Dacodac – 8.80 euros – à partir de 9 ans – 2020

enterrement chien (1)

Ce livre pour enfants est la preuve que l’on peut beaucoup rire autour d’un sujet à priori triste. Le chien Babino est mort. Se pose alors la question pour son jeune maître et ses trois compères d’un enterrement digne de toute l’amitié qu’ils portaient à l’animal. La chose n’est pas aussi simple qu’on peut l’imaginer…Creuser un trou adéquate, rédiger l’épitaphe et faire un discours à la mémoire de, traverser les souvenirs ensemble en laissant couler quelques larmes. Le deuil à hauteur d’enfant est à la fois bien plus tragique et plus drôle qu’aux yeux des adultes.

 

LA DAME BLANCHE
PORT-LOUIS
56

Les coups de coeur du Tagarin

Cinq romans – cinq destins
entre force de vie – force de la nature
& force de vie

Richard WAGAMESE
Starlight
éditions Zoé – 21€ – 2019

Starlight

Ce roman est une magnifique parenthèse… Une histoire, qui débute dans un monde (violent, hideux, écœurant) et se termine dans un autre (beau, sauvage, naturel…). Pour y aller, nous empruntons un chemin abrupte parfois, traversant une nature magnifique (le Sud-Ouest canadien) et nous apprenons à regarder, voir, sentir… Nous suivons cette route avec un guide nommé Franck Starlight. On le découvre fermier et photographe, libre, généreux. Nous rencontrons avec lui Emmy et sa fille Willy, cabossées de la vie, et nous les suivons dans leur découverte de la liberté, ou du bonheur, ou tout simplement de ce qui devrait être la vie… naturellement. Une écriture précise, subtile, simple et riche. Un texte sans mot de trop, comme Starlight qui ne parle pas si cela n’apporte rien de plus.

PS / Pour ceux qui connaissent l’œuvre de R. WAGAMESE, le Franck dont on suit le chemin est le Franck, personnage principal du livre « Les étoiles s’éteignent à l’aube », devenu adulte. 

 

Carte FCLB avec Ulysse à l'Ouest

Etaf RUM
Le Silence d’Isra

éditions L’Observatoire – 22€ – 2020

ISRA

Un roman sur l’histoire contemporaine d’une partie des femmes encore aujourd’hui dans le monde. Ici cela se passe dans certaines familles en Palestine et dans le quartier de Brooklyn aux Etats-Unis.

Ils décident, Elles obéissent.

Tu as 17 ans, on te marie, tu changes de famille, de pays parfois, tu fais des enfants et tu es au service des hommes. La tradition, ou doit-on dire la religion, fait le reste. Ce roman nous parle avec beaucoup de délicatesse d’Isra et de ses rêves, de ses quatre filles et de sa honte de ne pas avoir de garçon ; de Sarah et de son courage ; de Déya et de sa curiosité, de Farrida, pour qui son foyer et sa famille sont devenus sa seule vision du monde. Comment l’une reproduit ce qu’on lui a imposé au nom de l’honneur ; comment d’autres le supportent et comment l’une d’entre elles s’en échappe, trouvant la force de se rebeller dans la littérature. L’écriture d’Etaf RUM traduit avec beaucoup de finesse les doutes, les espoirs, les déceptions, les aspirations de toutes ces figures féminines

Peut-on parler de lâcheté ou de religion ? De fidélité ou d’ignorance ? Encore un livre de femmes qui parle aux femmes ? Non, bien plus que cela, un cri de liberté et peut-être un espoir pour toutes celles qui subissent, encore et encore, le pouvoir des hommes.

La couverture (reproduction d’une œuvre d’Helen Zughaib intitulée Women against the night) traduit un peu de la force de l’écrit qui est à l’intérieur.

 

Le Tagarin - façade

Bartabas
D’un cheval l’autre
éditions Gallimard – 20€ – 2020

Bartabas

Magnifique ode au cheval. Chaque chapitre est un bout de chemin partagé avec un compagnon équin qu’il a aimé, accompagné, découvert. Un homme, connu soit par ses spectacles équestres grandioses, soit par sa réputation assez controversée qui le précède, se livre au-travers de sa passion. Ici se déploient son amour du cheval, sa magnifique façon de décrire l’animal mais surtout son approche de la personnalité de chacun et sa capacité à communiquer avec eux.

Parfois un peu technique, il vaut mieux être passionné de cheval pour se lancer dans ce livre d’amour.

 

­ ­ ­

OWENS Delia
Là où chantent les écrevisses
éditions Le Seuil – 21,50€ – 2020

Les écrevisses

Un magnifique roman au cœur des marais de Caroline du Sud. Une destinée incroyable. Un souffle qui nous tient du début à la fin, un fil rouge que l’on suit avec curiosité et attention, une petite fille attachante et tellement forte, des personnages qui nous restent en mémoire très longtemps, une atmosphère, un monde à part.

La nature, les oiseaux et un mystère.

Découvrir des mondes et s’y engouffré avec plaisir pour comprendre… Très très beau roman, plein de souffle de vie, d’espoir, de force et de courage.

 

Jardin Le Tagarin

ROSSI Clément
La Dissonnante
éditions Gallimard – 18€ – 2019
La dissonante

    L’oreille pour un chef d’orchestre… c’est comme le pouce pour un cuisinier ou la main pour un horloger… Un texte sur le ressenti de la musique, le ressenti de la voix, de l’orchestre, du chœur, du monde de la musique, d’une soprano. De répétition en répétition d’un opéra, nous les vivons de l’intérieur, c’est passionnant.. Puis la cassure, la fracture, le monde s’écroule. Ce chef d’orchestre, fragilisé, vient se ressourcer en Bretagne. Plage, mer, force des élément marins. Cette écriture est belle et précise. On est touché par l’angoisse de cet homme qui nous agace pourtant beaucoup ! Original et touchant.

 

Le Tagarin
Etables-sur-Mer

Les coups de coeur de La Cabane à Lire

Des coups de cœur voyageurs
Entre saga familiale et fable écologiste

 

 

Joumana Haddad
Le livre des reines
éditions Jacqueline Chambon – 22€

Quatre générations, quatre destins de femmes qui nous emportent dans l’Histoire tragique et brutale du Moyen-Orient des XXème et  XXIème siècles.

Ces femmes vont lutter, chacune à leur façon, contre le vent de l’histoire qu’elles subissent, même si leur révolte n’est ni comprise ni entendue.

Cette saga familliale nous transporte en Turquie, au Liban, en Syrie et nous fait vivre de l’intérieur toutes les luttes douloureuses qui ont secouées ces territoires.

Mais ces conflits  sont aussi des guerres intimes, où l’amour a du mal à trouver sa place, où la violence prend des formes sournoises, où le poids des non-dits et des secrets pèse sur leurs vies. C’est comme si le malheur devait se transmettre de génération en génération…

Joumana Haddad s’est inspirée de l’histoire de sa propre famille pour tracer celles de ses héroïnes.

Ma grand-mère est née en 1912,, ma mère en 1946, je suis née en 1970 et mon premier enfant en 1992. Je suis à demi  libanaise, un quart arménienne et un quart circassienne, mais j’ai aussi des racines syriennes et palestiniennes. C’est quand j’ai découvert toutes les sources de ce sang qui coule dans mes veines que j’ai enfin compris pourquoi j’étais constamment en guerre contre moi-même, en moi-même. Les aïeux de l’homme que j’aime sont des Turcs d’Adana, là où les massacres ont commencé : est-ce une coïncidence ? J’espère que ça l’est, presque aussi ardemment que j’aimerais penser que ça ne l’est pas.

J’ai parfois la vision de toutes ces personnes d’origines et d’âges différents, vénérant des dieux différents, utilisant des langues et des accents multiples, toutes ensemble enfermées dans un interminable tunnel de conflits à répétition. Un melting-pot maudit nommé Moyen-Orient, marqué jusqu’à ce jour encore par une succession inqualifiable de combats, d’adversité et de haine, de l’Arménie au Liban, de la Palestine à la Syrie, sans parler de l’Irak, du Koweït, de l’Egypte, du Yémen, de la Turquie…la liste semble sans fin.

Je me suis souvent demandé, à force de grandir entourée par tant de violence et de douleur, si cette région de désespoir était prédestinée à être pour toujours une terre de souffrance. Entre les actuels mercenaires égorgeurs de Daech et les soldats ottomans qui répandaient la terreur il y a un siècle, qu’est-ce qui a vraiment changé ? *

Ce très beau roman intense emporte le lecteur dans l’Histoire tragique du Moyen-Orient où le destins des femmes est une bataille perpétuelle.

A lire absolument !

 

Marie Pavlenko
Et le désert disparaîtra
éditions Flammarion – 14€

Image2

A partir de 12 ans

Le rêve de Samaa est de devenir chasseuse d’arbres, comme les hommes de son clan. Les arbres, ils vont les chercher dans le désert, de plus en plus loin et c’est de plus en plus dur car il n’en reste plus beaucoup. Le désert a tout recouvert depuis longtemps ; Les arbres sont abattus pour être vendus et permettre au village de survivre.

Les chasseurs ne veulent pas de Samaa. Chasser est une affaire d’homme ! Pourtant, elle désobéit et les suit en cachette. Mais elle se perd et tombe dans une trouée et découvre un arbre. Elle n’en avait jamais vu… Blessée, elle survit grâce à cet arbre-mère Naïa, à l’eau douce qui étanche sa soif et aux mille découvertes qu’elle va faire en observant de près cette nature inconnue jusqu’alors. Et elle se rappelle les discours de l’Ancienne.

C’est un choc, une révélation ! Sa vie bascule et bientôt aussi celle de son village.

L’Ancienne utilisait une ribambelle de mots qui sonnaient comme des pays. J’essayais d’imaginer à quoi pouvait ressembler ce monde. Il y avait des mers et de l’eau qui danse appelée rivière. L’Ancienne disait que les hommes s’y lavaient, y attrapaient des animaux à la peau miroitante, que l’eau tombait du ciel en pluie et faisait éclore la vie.

Appuyée sur le torse de ma mère, le corps réchauffé par le grand feu du campement, je fermais les yeux ; je plongeais à mon tour dans les vastes étendues évoquées par l’Ancienne. Je me figurais la douceur des cascades qui « scandaient leur mélopée dans de grands éclats de rire », la force fougueuse et mortelle de l’eau faite torrent. Dans mon esprit, le bouillonnement rocailleux des vallées avait des allures étincelantes de rêves de petite fille, de toutes les couleurs.**

Marie Pavlenko nous offre un superbe roman, court et juste, véritable ode à la nature et à la vie. Elle nous invite à réfléchir et à questionner notre propre regard sur la nature et notre environnement. Ce conte moderne est une leçon d’écologie !

**Note au lecteur page 262 in Le livre des reines
**P.109 in Et le désert disparaîtra

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poésie avec Yvon Le Men & Bruno Doucey

Le Printemps des poètes 2020
ne se doutait pas qu’il serait confiné
& que nous aurions tous et toutes
besoin de courage et de poésie

BONNE NOUVELLE
La poésie est à nos côtés 

grâce à Yvon Le Men notamment
qui publie chaque semaine deux poèmes dans Ouest-France
Deux poèmes choisis parce qu’ils font écho à cette période inédite

YVON LE MEN

Retrouvez YVON LE MEN

goncourt
sur France Culture
au 17ème jour de confinement
https://www.franceculture.fr/emissions/confinement-votre/yvon-le-men-ou-nous-faudra-t-il-aller

& Rendez-vous avec Bruno Doucey

Bruno_Doucey©Murielle Szac-Ed.B.Doucey

& les éditions Bruno Doucey
qui nous offrent chaque jour un  menu poétique
à partager

https://www.editions-brunodoucey.com/category/menu-poesie/

menu poésie

Comme Bruno Doucey édite Yvon Le Men

A notre tour,  la Fédération des cafés-librairies de Bretagne
de vous présenter ce poème d’Yvon Le Men
paru dans Ouest-France

&

publié dans le recueil
Les mains de ma mère
illustré par Simone Massi
éditions Bruno Doucey, 2019

La main verte
Yvon Le Men
Prix Goncourt de la poésie 2019

Ma bibliothèque
n’est pas rangée

par pays
par genres
par noms
prénoms

elle est rangée
par le hasard
de ma main

verte
parfois

qui trouve le bon livre
au bon moment

un peu de neige
quand il en manque
devant mes yeux

et qui traverse
la longue nuit d’un roman russe
beaucoup de silence
quand il en faut

après tant de mots
gaspillés ici
et là

et que mes oreilles refusent

elles préfèrent
se tendre aux bruits des pas
de la mésange

au bord d’une flaque d’eau

quand elle éclaire un poème chinois
ou japonais
ou breton

égaré
mais pas perdu

sur les étagères de ma bibliothèque
mal rangée.

p.40 & 41 in Les mains de ma mère, éditions Bruno Doucey, 2019.

 

Nous avons hâte de vous retrouver
& de partager ces moments poétiques
dans le cadre de nos manifestations à venir

PORTEZ-VOUS BIEN

Du Maroc à New-York, Les coups de coeur des Bien-aimés

Quatre romans puissants
empreints d’humanité

 

Il y est question de filiation, de rapport à
à l’autre, à soi, au monde, au destin de chacun(e)
de Marseille au Québec

pour arpenter la vie & arpenter le monde

Quatre textes conseillés
par l’équipe des Bien-aimés à Nantes

 

Ainsi parlait ma mère
Rachid Benzine

Seuil – 2020 – 13€

CVT_Ainsi-parlait-ma-mere_2188 (1)

 

Un fils qui donne sa vie à sa mère qui ne lui a rien demandé. Une mère qui a donné sa vie à un fils qui ne lui a rien demandé. Voilà, c’est la vie donnée et accordée des deux côtés, de l’enfance à la vieillesse. Ce n’est pas nouveau mais le texte de Rachid Benzine est si naturaliste, au pied du lit de sa mère malade, si sincère, si embué de souvenirs chantants qu’on se laisse prendre, tout à fait. On pense aux très beaux textes de Magyd Cherfi ou d’Abdellah Taïa, tous fils d’une mère immigrée. C’est quoi grandir dans un pays où sa mère ne parle par la même langue qu’à l’école ? C’est quoi apprendre une langue en chantant la variété française ? C’est quoi lire Balzac à une mère marocaine illettrée ? Il est beaucoup question de langue dans ce récit, celle qu’on apprend par cœur, par émotion ou obligation et celle qu’on réinvente pour mieux se comprendre au sein d’une famille. La langue comme un nouveau pays d’adoption, avec ses découvertes et ses jeux infinis.

 

 

LES FALAISES
Virginie DeChamplain

La Peuplade – 2020 – 18€

C1-LesFalaises-226x339 (1)

V.retrouve sa maison natale, en Gaspésie, tout au bout du bout du Québec , là où sa mère vient d’être retrouvée morte, dans les vagues du Saint-Laurent. Elle se réfugie entre les 4 murs de la maison qui a renfermé la vie de sa mère et de sa grand-mère. Ce roman, rempli d’éléments naturels comme le vent, le froid, les embruns, vous accroche dès les 1ères lignes. Il faut dire que la couleur québécoise de la langue y est pour beaucoup. Un délice d’images et d’inventions pour nos oreilles. La narration de cette fille perdue entre douleur et retour sur elle-même oscille entre vérité crue, humour et poésie. V. a son chemin à faire pour sortir de cette ornière mais elle peut compter aussi sur un élan vital, une lumière réjouissante dans ce chaos. Les Falaises est un petit bijou de forces vives qui devraient se passer de mains en mains, sans oublier qu’il donne furieusement envie d’aller en Gaspésie et en Islande…

 

 

Il est des hommes qui se perdront toujours
Rebecca Lighieri

 

livre-il-est-des-hommes

P.O.L – 2020 – 21€

Lecture totalement addictive que celle-ci ! Après Les garçons de l’été, l’autrice aux deux signatures (R. Lighieri et E. Bayamack-Tam) nous plonge au sein d’une cité des quartiers nord de Marseille. A hauteur d’enfance et d’adolescence maltraitée, l’histoire nous maintient la tête droite tant bien que mal au milieu de la débrouille et d’une fratrie au combien attachante (un frère aîné, sa sœur cadette et son petit frère). Que faire d’une vie si mal partie quand on a 16 ans, qu’on est si beau garçon mais que l’horizon est bouché ou raconté d’avance ? Les scènes qui font grandir les personnages nous happent, nous forcent à vivre une vie si arbitraire et si sensuelle à la fois. Comme dans les films de Kechiche, les héros dévorent un monde qui passe avant tout par le corps, celui qui a survécu à une enfance volée mais celui qui peut se comparer. R. Lighieri enfonce le doigt là où ça fait mal, abandon des quartiers, domination masculine, domination de classe mais surtout elle nous raconte une sacrée histoire. Voici un grand roman, arcbouté sur une trame infernale. Voici un texte brûlant qui aborde les mêmes thèmes qu’un Edouard Louis (Eddy Bellegueule ou Histoire de la violence) mais sans « prétention », et avec la rage de faire réfléchir de nouveau à nos instincts dominants.

 

 

Tenir debout dans la nuit
Eric Pessan

Ecole des Loisirs – 2020 – 13€

 

couvpessantenirdebout (1)

Une adolescente qui vit seule avec sa mère se voit offrir un séjour à New-York par un copain d’école. Jusque-là, c’est un rêve qui se réalise pour Lalie, oui, sauf qu’à peine débarquée dans l’appartement de Brooklyn, son camarade Piotr va devenir très entreprenant puis harcelant puis passer à la violence pour coucher avec elle, comme si Lalie lui devait bien quelque chose… Lalie va s’enfuir et le roman nous raconte avec tendresse et justesse l’errance de cette ado dans les rues de NY. Lalie pose des mots sur ce qui vient de lui arriver, elle qui se croyait pourtant si informée et à l’abri. On ne peut s’empêcher de penser à L’Attrape-cœurs de JD Salinger en lisant ce roman, on y trouve l’errance d’une héroïne en colère, livrée à ses peurs et retrouvant aussi sa liberté. Gageons que ce roman sera un parfait support pour les adultes et les enseignants pour aborder les questions du harcèlement et que nombre d’adolescentes se sentiront également touchées par la justesse des sentiments traversés.

 

Les Bien-aimés
en compagnie de Cécile Menanteau
& de Géraldine Schiano de Colella
2 rue de la Paix – Nantes

La Fédération des cafés-librairies de Bretagne SOLIDAIRE

A toutes & à tous
Toutes nos rencontres poétiques sont reportées
à des dates à préciser ultérieurement

1ère de couverture - Thé, café et poésie 2020

Thé, café et poésie 2020

A bientôt
SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT

Carte FCLB avec Ulysse à l'Ouest

Portez-vous bien & (re)lisez vos auteur(e)s préféré(e)s
en ces temps inédits

En attendant de nous retrouver autour
d’un livre, d’un verre à partager, d’un événement poétique
voici ces quelques vers d’Alexis Gloaguen

Parmi les silhouettes accoudées aux comptoirs du petit matin,
il en est une qui réinvente un monde.*

BON COURAGE à vous

&

à très vite pour réenchanter le monde
en votre compagnie & en celle des poètes

*Voies libres , extrait publié dans l’anthologie 2019 : la beauté, éphéméride poétique pour chanter la vie, éditions Bruno Doucey.