Archive: Nov 2016

Le royaume de Minuit …la magie de l’enfance

Max Ducos
Le royaume de minuit
éditions Sarbacane – 64 pages – 16,50 euros
Dès 6 ans

couv-royaume-de-minuit-620x823

Massimo était ravi. Lui qui n’avait pas beaucoup d’amis,
qui aurait cru qu’il deviendrait celui d’Achille, la terreur de l’école

le-royaume-de-minuit-p8-9

Achille est très turbulent. A l’école, il est même spécialiste des bêtises et ce jour-là, il se fait particulièrement remarquer. Excédée la maîtresse le met hors de la classe en lui commandant de se faire oublier…à côté. Pour une fois, Achille obéit et devient si sage que tout le monde l’oublie…La nuit tombe, l’école est déserte, l’école est à lui. Il fait de longues glissades dans les couloirs puis s’apprête à ouvrir le placard des jouets oubliés quand le premier de la classe Massimo le retrouve… Contre toute attente, ces deux élèves que tout oppose vont partager une aventure extraordinaire dans cet établissement qui se transforme peu à peu en royaume. Cette nuit-là, le roi, son fidèle écuyer et le lion Rossinante s’emparent des lieux et poursuivent leur conquête dans la forêt avoisinante jusqu’à ce que nos compères rencontrent…

massimo-et-achille

On entre dans cet album depuis le bois, à pas de loup… Le cadre s’élargit et l’école apparaît derrière les arbres puis gros plan sur l’école et l’image se ressert. Elle nous propose une vue sur une classe depuis l’extérieur. Si nous nous approchons de la fenêtre, nous apercevons Achille, debout sur le bureau, vider le contenu du cartable de Massimo qui cherche à se défendre. Les planches sont superbes de drôlerie et d’inventivité formelle. L’hommage rendue ici à l’enfance, à la force de l’imagination, à la beauté du jeu, à l’amitié est porté par un dessin coloré, très graphique, fourmillant de détails, de références picturales, architecturales, littéraires et cinématographiques. Ainsi, la scène du duel avec le squelette évoque les aventures de Peter Pan.

le-royaume-de-minuit-p26-27

Ombres portées et fuyantes, vues plongeantes et perspectives mystérieuses, l’épique et le mystère nous entraînent dans la forêt où la nuit plonge le lecteur dans un bleu profond ou dans un noir et blanc superbement contrasté.
Un album magnifique de Max Ducos qui offre aux lecteurs et lectrices une joyeuse épopée pour s’évader, rire et célébrer l’amitié.

Les couleurs oiseaux par élo

élo
Les oiseaux (couleurs)
éditions Sarbacane – 20 pages – 12 euros
à partir de 18 mois

couv-oiseaux1-620x618

De l’envol du canard au hibou qui se cache, les couleurs des oiseaux se révèlent sous le plumage noir et blanc de cette galerie d’oiseaux. Il suffit de baisser le rabat noir pour qu’apparaisse le bec ORANGE du toucan, le canari JAUNE se découvre sous l’aile de sa mère poule, le hibou farceur déploie ses ailes ROSES. Noir & blanc, rouge, gris, bleu, orange, jaune, marron, vert, violet, rose s’épanouissent ensemble sur la couverture puis se déclinent une à une de page en page.

Sur une double page en couleur et cartonnée, un oiseau apparaît tour à tour tendre, méfiant, boudeur, endormi, héberlué. Devinez son nom, imitez son ramage, cherchez le rabat, nommez la couleur, regardez les corps ronds ou longs, les queues à déplumer, les becs colorés, crochus et pointus, les pattes graciles. S’amuser des pois blancs sur fond noir, des pois noirs sur fond blanc puis chercher dans tout ce noir et blanc les couleurs arc-en-ciel. Un joli imagier pour apprendre en s’amusant.

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la Fédération des Cafés-librairies de Bretagne

Pereira prétend … d’après le roman d’Antonio Tabucchi

Pereira prétend
Pierre-Henry Gomont
d’après le roman d’Antonio Tabucchi
éditions Sarbacane – 160 pages – 24 euros

Je vis seul, j’aime être seul et je ne suis le camarade de personne

 

tabucchi

 

Doutor Pereira, homme au corps lourd et à l’esprit anesthésié, vit en suspens depuis que son épouse est décédée prématurément. Directeur des pages culturelles du Lisboa, il se nourrit d’omelettes, de dialogues imaginaires, de chroniques littéraires et de traductions d’auteurs français du XIXème siècle. La mort l’obsède. Nous sommes à Lisbonne dans les premières années du régime autoritaire de Salazar. Aux frontières du Portugal, se déroule la guerre civile espagnole et partout en Europe, le bruit des bottes se fait entendre. De tout cela, Pereira prétend ne pas être concerné…jusqu’à sa rencontre avec un jeune homme : Monteiro Rossi. De malentendus existentiels en nécrologies littéraires subversives, Monteiro Rossi amène notre héros à s’éloigner de ses idées morbides, à sortir de son apathie pour choisir le camp de l’amitié, de la vérité et de l’engagement.

Ce roman graphique est une superbe adaptation de cet hymne à la vie qu’incarne Pereira prétend. Pierre-Henry Gomont met en scène le Doutor Pereira, ses souvenirs et ses tourments existentiels avec inventivité, profondeur et humour. Quelques traits seulement composent un visage très expressif qui révèle l’humeur et la sensibilité nostalgique du Doutor. Sa silhouette massive se meut dans un Lisbonne lumineux tout en ocre jaune et terre de sienne le jour quand la nuit se fait bleu-vert. Le dessin riche, minutieux, coloré nous plonge dans les rues lisboètes, ses tramways mythiques, ses entrées d’immeubles & les heures sombres du Portugal et de l’Europe. Les différentes narrations se croisent : pensées intérieures, monologues et dialogues rendent compte des silences, des tensions, des renoncements, des combats qui agitent le Portugal sous le régime salazariste. Un roman intense, profondément humaniste qui nous conte une métamorphose, celle d’un homme qui choisit de vivre et de vivre librement.

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la Fédération des Cafés-librairies de Bretagne

L’Histoire de l’écologie en Bretagne

Avec TUDI KERNALEGENN
à l’Ivresse des mots – Lampaul-Guimiliau
aujourd’hui samedi 19 novembre à 14h30
autour de Histoire de l’écologie en Bretagne, éditions Goater

 

Une histoire passionnante et documentée de l’écologie en Bretagne depuis l’émergence du naturalisme jusqu’aux enjeux contemporains auxquels notre région est confrontée.

Information & réservation conseillée :

L’Ivresse des Mots – 4, route de St
Sauveur – 29400 Lampaul-Guimiliau –
Tél. 02 98 67 95 19
Mel : ivressedesmots@orange.fr

Diplomatie … & poésie

Demain jeudi 17 novembre à 20h30
Le Bel Aujourd’hui – Tréguier (22)
Afghanistan – Pakistan

Jeune anthropologue, Georges Lefeuvre quitte la France pour découvrir le monde et s’arrête, au début des années 70, dans les montagnes afghano-pakistanaises habitées par la minorité des Kafir Kalash. Il apprend leur langue et étudie leur mode de vie notamment leurs productions agricoles (blé, miel…). Cette connaissance du terrain et de la langue le fait diplomate auprès de la France et de l’Union Européenne après l’invasion russe. Georges Lefeuvre a publié de nombreux articles (Le Monde Diplomatique, revues spécialisées) et ouvrages consacrés à cette partie du monde. Il est aussi traducteur de poésie dont ce recueil publié aux Éditions Folle Avoine : Mahiyas, poèmes villageois du Penjab en lien avec Laeeq Babree. Un parcours étonnant pour un voyage éclairant dans les montagnes afghano-pakistanaises.

Information & réservation conseillée :
Le Bel Aujourd’hui – 19, rue Ernest Renan
22220 Tréguier – Tél. 02 96 92 20 24
Mel : librairie-lebelaujourdhui@wanadoo.fr
Blog : librairie-lebelaujourdhui.blogspot.fr

Soirée poétique … à La Cabane à Lire

Ce mercredi 16 novembre à 19h
en présence de Maram Al-Masri
poétesse syrienne, talentueuse et engagée
à La Cabane à Lire – BRUZ

Lecture à deux voix de ses poèmes choisis dans ses recueils édités chez Bruno Doucey
dont Par la fontaine de ma bouche, La robe froisséeElle va nue ma libertéLe Rapt
pour évoquer la Syrie, l’engagement, la paix et la liberté, valeur fondamentale qui guide le
parcours et l’oeuvre de Maram Al-Masri

Une rencontre précédée d’une intervention au collège St Joseph de Bruz en matinée

Information et réservation auprès de La Cabane à Lire : 02.23.50.35.85
Place Marcel Pagnol – Bruz

L’agroécologie

Pierre Rabhi, Jacques Caplat
L’agroécologie, une éthique de vie
Actes Sud – Collection Domaine du possible – 2015 – 8 euros

 

L’agroécologie, telle que nous l’entendons, est la base d’une civilisation respectueuse des écosystèmes au sein desquels l’humain est un participant favorable à la vie, et non plus contre elle.
Pierre Rabhi

Agronome, administrateur de Agir pour l’environnement, proche du réseau semences paysannes, Jacques Caplat a publié de nombreux ouvrages parus dans la collection Domaine du possible : L’agriculture biologique pour nourrir l’humanité, démonstration (2012), Changeons d’agriculture (2014) et cet entretien avec Pierre Rabhi intitulé L’agroécologie, une éthique de vie. Ce chercheur plaide pour une agriculture biologique qui respecte les liens séculaires qui existent entre la plante, l’environnement et les techniques humaines. En résumé, l’agriculture est intimement liée à son milieu d’origine, aux hommes et aux animaux qui habitent ce territoire. Cette agriculture, définie comme biologique parce que issue de son environnement, se révèle alors la plus rentable. Son propos s’enrichit ici d’un entretien avec Pierre Rabhi qui oeuvre depuis 1962 pour l’agroécologie en Ardèche et en Afrique notamment. Ce dialogue nous permet de suivre le parcours et la philosophie de Pierre Rabhi et de redéfinir ce qu’est l’agroécologie : des productions agricoles adaptées à leur terroir. « La terre, le végétal, l’animal et l’humain sont de cette manière unis et indissociables« . Ce cri d’alarme contre la catastrophe environnementale en cours est aussi une proposition d’action : changer d’agriculture pour changer la société. Une conversation argumentée, passionnante qui met en scène deux hommes dans l’action, deux hommes dont la vie prouve le bien-fondé de leur combat, de leur démarche.

Demain mercredi 9 novembre 2016 à 20h30
Rencontre-projection* avec Jacques Caplat autour du film Demain et de ses essais. Un événement proposé par Lectures Vagabondes en partenariat avec le Cinéma St Michel dans le cadre de la manifestation Libres en littérature mise en oeuvre par la Fédération des Cafés-librairies de Bretagne.

Programme complet en UN CLIC
libre-en-litterature-2016-1

Information & réservation conseillée :
Lectures vagabondes – 28, avenue François Mitterrand
35340 Liffré – Tél.02 99 68 59 32
Mel : lecturesvagabondes@orange.fr
Blog : http://librairie-lectures-vagabondes.com
*Tarif de la séance : 3,80 euros

Libres en littérature… se poursuit

ce mercredi 9 novembre 2016

La Fédération des Cafés-librairies de Bretagne vous donne rendez-vous à
Livres In Room & Lectures Vagabondes
en partenariat avec le cinéma Le Majestic à St-Pol-de-Léon, le cinéma Saint Michel à Liffré & le Mois du film documentaire en Finistère

en présence de
Deux invités : le cinéaste Marc Petitjean & l’agronome Jacques Caplat que nous sommes ravis d’accueillir autour de deux documentaires – De Hiroshima à Fukushima et Demain  et de leurs livres 

 

Mercredi 9 novembre à 17h
Livres In Room – St-Pol-de-Léon (29)
De Hiroshima à Fukushima

Projection-débat* avec le cinéaste Marc Petitjean autour de son film De Hiroshima à Fukushima consacré au Dr Hida et à la question du nucléaire au Japon. Ce documentaire est enrichi d’un livre éponyme publié aux Éditions Albin Michel. Cette rencontre est organisée en partenariat avec le cinéma Majestic où se déroulera la séance suivie d’une discussion avec le réalisateur. Un événement organisé dans le cadre du Mois du Doc en Finistère. Marc Petitjean sera aussi présent au lycée Notre Dame du Kreisker dans la journée.

Information & réservation conseillée :
Livres in Room – 29, rue général Leclerc
29250 St Pol de Léon – Tél. 02 98 69 28 41
Mel : livresinroom@orange.fr
*Tarif de la séance : 4 euros

&

Mercredi 9 novembre à 20h30
Lectures Vagabondes – Liffré (35)
L’agroécologie

Projection- débat* avec Jacques Caplat, agronome et chercheur, autour de ses livres parus dans la collection Domaine du possible : L’agriculture biologique pour nourrir l’humanité, démonstration (2012), Changeons d’agriculture (2014) et son récent entretien avec Pierre Rabhi intitulé L’agroécologie, une éthique de vie et autour de la projection du film de Cyril Dion et Mélanie Laurent : Demain. Cette soirée est organisée en partenariat avec le cinéma Saint Michel où se déroulent la diffusion du documentaire et le débat à la fois scientifique, politique, économique et philosophique. Pour une alliance entre l’être humain et la nature.

Information & réservation conseillée :
Lectures vagabondes – 28, avenue François Mitterrand
35340 Liffré – Tél.02 99 68 59 32
Mel : lecturesvagabondes@orange.fr
Blog : http://librairie-lectures-vagabondes.com
*Tarif de la séance : 3,80 euros

La gouvernante suédoise

Marie Sizun
La gouvernante suédoise
éditions arléa – 2016 – 307 pages – 20 euros

la-gouvernante-suedoise

Bientôt se levait, avec le souvenir des récits de tante Alice,
tout un passé 
semé d’ombres et de silences.

L’histoire familiale se conjugue au passé dans ce neuvième roman de Marie Sizun. La narratrice retisse les liens d’amour et d’amitié vécus par ses ancêtres : Livia, Hulda et Léonard. En 1873, Livia entre au service du jeune couple franco-suédois, Hulda et Léonard, en qualité de gouvernante. Hulda est une mère tendre mais débordée. Réticente à confier ses enfants, elle se laisse rapidement conquérir par cette jeune femme Livia dont l’autorité naturelle la rassure. Elles se lient d’amitié et leur vie à Stockholm se déroule dans un bonheur serein partagé par tous. Les affaires de Léonard les obligent à déménager en France, à Meudon. La famille connaît alors des problèmes financiers et vit dans un huit-clos mortifère. La relation amoureuse et adultère de Livia et Léonard, le départ de la gouvernante plongent Hulda dans la dépression malgré le retour de Livia et une nouvelle naissance.

La gouvernante suédoise est une histoire d’amour et d’amitié qui se conjugue à trois dans une tension permanente, se lie dans un frôlement, l’intimité de la nuit, un regard partagé, se dénoue en silence pour se recomposer à nouveau. Rien ne peut séparer Livia, Hulda et Léonard malgré la jalousie, l’éloignement, les ressentiments. L’équilibre de Livia, Hulda, Léonard est indissociable de ce trio sans cesse réinventé, aux multiples possibles, aux renoncements douloureux mais silencieux. Marie Sizun nous invite à remonter le temps, à réinventer des vies en compagnie de la narratrice et de ses « peut-être » qui jalonnent la narration. Ses intuitions nous happent et nous attachent à ces trois destins indéfectiblement unis : Livia est lumineuse et retenue, Hulda sensible et passionnée, Léonard apparait énigmatique et charismatique, de plus en plus ombrageux. De Stockholm à Meudon, ce huit-clos est porté par l’écriture délicate de Marie Sizun qui nous brosse chaque tableau par petite touche impressionniste. Nous sommes littéralement plongés dans les décors qui accueillent cette famille et la société bourgeoise de ces années 1867 – 1877. Un très beau roman qui s’inscrit logiquement dans l’oeuvre de Marie Sizun et son thème de prédilection – l’exploration de l’histoire familiale – mais La gouvernante suédoise réinvente avec talent l’univers de cette auteure sensible qui décrypte avec force et pudeur la subtilité des relations humaines.

De Hiroshima à Fukushima

Marc Petitjean
De Hiroshima à Fukushima, le combat du Dr Hida face aux ravages dissimulés du nucléaire
éditions Albin Michel – 2015 – 179 pages – 16 euros

La civilisation mécanique vient de parvenir à son dernier degré de sauvagerie. Il va falloir choisir, dans un avenir plus ou moins proche, entre le suicide collectif ou l’utilisation intelligente des conquêtes scientifiques. Il est permis de penser qu’il y a une indécence à célébrer une découverte qui se met d’abord au service de la plus formidable rage de destruction dont l’homme ait fait preuve depuis des siècles.
Albert Camus, éditorial de Combat en date du 8 août 1945 en réaction à Hiroshima, cité P.123-124 dans De Hiroshima à Fukushima

Marc Petitjean rencontre le Dr Hida en avril 2005. Ce médecin japonais, présent à Hiroshima le 6 août 1945, est confronté à l’horreur provoquée par cette première bombe nucléaire. Il soigne les blessés et réalise peu à peu les ravages des radiations externes et internes. Malgré la censure et les mensonges imposés par le gouvernement américain, relayés par l’état japonais, ce docteur consacre sa vie à révéler la vérité sur les victimes directes de la bombe et les nombreux japonais atteints par la contamination externe (suite à l’inhalation ou l’ingestion de particules radiocatives) longtemps niée par les gouvernements. Les rescapés de cette catastrophe nucléaire, les hibakusha, subissent de nombreuses humiliations et leur statut n’est que très tardivement reconnu par le gouvernement japonais. En 2011, suite à Fukushima, le docteur Hida confirme les dangers du nucléaire qu’il soit civil ou militaire.

Le cinéaste Marc Petitjean consacre deux documentaires à la vie de cet homme. Blessures intimes en 2006 et De Hirohima à Fukushima ainsi que ce livre éponyme édité en 2015. Ce documentaire très documenté, saisissant s’inspire de ces échanges avec ce médecin qui, au fil des années, constate que les bombardements atomiques n’ont pas seulement tuées cent quarante mille personnes les 6 et 10 août 1945 mais ont atteint par contamination externe un nombre important de japonais et ont eu une incidence sur la santé des générations qui sont nées après 1945. Le nucléaire civil présente aussi des dangers importants pour les populations dans le monde entier mais les mensonges d’état continuent malgré les accidents et le travail de dénonciation des scientifiques. « Six semaines après l’explosion de la bombe d’Hiroshima, l’occupant américain avait annoncé qu’il n’y avait plus de conséquences pour la santé ; le gouvernement japonais a répété le même scénario quelques mois après l’explosion de la centrale, déclarant que tout allait bien à Fukushima et qu’il n’y avait plus lieu de s’inquiéter« .

Dans le cadre de Libres en littérature, en partenariat avec le cinéma Majestic et le Mois du documentaire en Finistère, Livres In Room organise une projection* du documentaire De Hiroshima à Fukushima en présence du réalisateur Marc Petitjean mercredi 9 novembre à 17h.

 www.moisdudoc.commois-du-doc www.daoulagad-breizh.org

Information & réservation conseillée :
Livres in Room – 29, rue général Leclerc
29250 St Pol de Léon – Tél. 02 98 69 28 41
Mel : livresinroom@orange.fr
*Tarif de la séance : 4 euros