Archive: Mar 2020

Du Maroc à New-York, Les coups de coeur des Bien-aimés

Quatre romans puissants
empreints d’humanité

 

Il y est question de filiation, de rapport à
à l’autre, à soi, au monde, au destin de chacun(e)
de Marseille au Québec

pour arpenter la vie & arpenter le monde

Quatre textes conseillés
par l’équipe des Bien-aimés à Nantes

 

Ainsi parlait ma mère
Richard Benzine

Seuil – 2020 – 13€

CVT_Ainsi-parlait-ma-mere_2188 (1)

 

Un fils qui donne sa vie à sa mère qui ne lui a rien demandé. Une mère qui a donné sa vie à un fils qui ne lui a rien demandé. Voilà, c’est la vie donnée et accordée des deux côtés, de l’enfance à la vieillesse. Ce n’est pas nouveau mais le texte de Richard Benzine est si naturaliste, au pied du lit de sa mère malade, si sincère, si embué de souvenirs chantants qu’on se laisse prendre, tout à fait. On pense aux très beaux textes de Magyd Cherfi ou d’Abdellah Taïa, tous fils d’une mère immigrée. C’est quoi grandir dans un pays où sa mère ne parle par la même langue qu’à l’école ? C’est quoi apprendre une langue en chantant la variété française ? C’est quoi lire Balzac à une mère marocaine illettrée ? Il est beaucoup question de langue dans ce récit, celle qu’on apprend par cœur, par émotion ou obligation et celle qu’on réinvente pour mieux se comprendre au sein d’une famille. La langue comme un nouveau pays d’adoption, avec ses découvertes et ses jeux infinis.

 

 

LES FALAISES
Virginie DeChamplain

La Peuplade – 2020 – 18€

C1-LesFalaises-226x339 (1)

V.retrouve sa maison natale, en Gaspésie, tout au bout du bout du Québec , là où sa mère vient d’être retrouvée morte, dans les vagues du Saint-Laurent. Elle se réfugie entre les 4 murs de la maison qui a renfermé la vie de sa mère et de sa grand-mère. Ce roman, rempli d’éléments naturels comme le vent, le froid, les embruns, vous accroche dès les 1ères lignes. Il faut dire que la couleur québécoise de la langue y est pour beaucoup. Un délice d’images et d’inventions pour nos oreilles. La narration de cette fille perdue entre douleur et retour sur elle-même oscille entre vérité crue, humour et poésie. V. a son chemin à faire pour sortir de cette ornière mais elle peut compter aussi sur un élan vital, une lumière réjouissante dans ce chaos. Les Falaises est un petit bijou de forces vives qui devraient se passer de mains en mains, sans oublier qu’il donne furieusement envie d’aller en Gaspésie et en Islande…

 

 

Il est des hommes qui se perdront toujours
Rebecca Lighieri

 

ilestdeshommes (1)

P.O.L – 2020 – 21€

Lecture totalement addictive que celle-ci ! Après Les garçons de l’été, l’autrice aux deux signatures (R. Lighieri et E. Bayamack-Tam) nous plonge au sein d’une cité des quartiers nord de Marseille. A hauteur d’enfance et d’adolescence maltraitée, l’histoire nous maintient la tête droite tant bien que mal au milieu de la débrouille et d’une fratrie au combien attachante (un frère aîné, sa sœur cadette et son petit frère). Que faire d’une vie si mal partie quand on a 16 ans, qu’on est si beau garçon mais que l’horizon est bouché ou raconté d’avance ? Les scènes qui font grandir les personnages nous happent, nous forcent à vivre une vie si arbitraire et si sensuelle à la fois. Comme dans les films de Kechiche, les héros dévorent un monde qui passe avant tout par le corps, celui qui a survécu à une enfance volée mais celui qui peut se comparer. R. Lighieri enfonce le doigt là où ça fait mal, abandon des quartiers, domination masculine, domination de classe mais surtout elle nous raconte une sacrée histoire. Voici un grand roman, arcbouté sur une trame infernale. Voici un texte brûlant qui aborde les mêmes thèmes qu’un Edouard Louis (Eddy Bellegueule ou Histoire de la violence) mais sans « prétention », et avec la rage de faire réfléchir de nouveau à nos instincts dominants.

 

 

Tenir debout dans la nuit
Eric Pessan

Ecole des Loisirs – 2020 – 13€

 

couvpessantenirdebout (1)

Une adolescente qui vit seule avec sa mère se voit offrir un séjour à New-York par un copain d’école. Jusque-là, c’est un rêve qui se réalise pour Lalie, oui, sauf qu’à peine débarquée dans l’appartement de Brooklyn, son camarade Piotr va devenir très entreprenant puis harcelant puis passer à la violence pour coucher avec elle, comme si Lalie lui devait bien quelque chose… Lalie va s’enfuir et le roman nous raconte avec tendresse et justesse l’errance de cette ado dans les rues de NY. Lalie pose des mots sur ce qui vient de lui arriver, elle qui se croyait pourtant si informée et à l’abri. On ne peut s’empêcher de penser à L’Attrape-cœurs de JD Salinger en lisant ce roman, on y trouve l’errance d’une héroïne en colère, livrée à ses peurs et retrouvant aussi sa liberté. Gageons que ce roman sera un parfait support pour les adultes et les enseignants pour aborder les questions du harcèlement et que nombre d’adolescentes se sentiront également touchées par la justesse des sentiments traversés.

 

Les Bien-aimés
en compagnie de Cécile Menanteau
& de Géraldine Schiano de Colella
2 rue de la Paix – Nantes

La Fédération des cafés-librairies de Bretagne SOLIDAIRE

A toutes & à tous
Toutes nos rencontres poétiques sont reportées
à des dates à préciser ultérieurement

1ère de couverture - Thé, café et poésie 2020

Thé, café et poésie 2020

A bientôt
SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT

Carte FCLB avec Ulysse à l'Ouest

Portez-vous bien & (re)lisez vos auteur(e)s préféré(e)s
en ces temps inédits

En attendant de nous retrouver autour
d’un livre, d’un verre à partager, d’un événement poétique
voici ces quelques vers d’Alexis Gloaguen

Parmi les silhouettes accoudées aux comptoirs du petit matin,
il en est une qui réinvente un monde.*

BON COURAGE à vous

&

à très vite pour réenchanter le monde
en votre compagnie & en celle des poètes

*Voies libres , extrait publié dans l’anthologie 2019 : la beauté, éphéméride poétique pour chanter la vie, éditions Bruno Doucey.

Alain Kervern & Haïkus

La rencontre avec Alain Kervern prévue demain au Chenal est reportée à une date ultérieure.
En attendant d’échanger de vive voix avec lui, nous vous invitons à découvrir son essai captivant
Haïkus & changement climatique, le regard des poètes japonais
(éditions Géorama) disponible au Chenal.

Au fond de la nuit
s’éteignent l’une après l’autre
les lucioles pour toujours

Cet essai est un appel poétique à mettre en œuvre un nouvel humanisme
attentionné à la fragilité et à l’impermanence du monde.

Ce samedi 14 mars à 16h
Le Chenal vous propose une leçon de courage
qui ne manque pas de poésie
Projection du film de Christophe de Ponfilly
Massoud l’Afghan**

v7ng9

Un film ancré dans le thème de la 22ème édition du Printemps des poètes dédiée au
COURAGE

Affiche Soulages***

https://www.printempsdespoetes.com/

Le Chenal reste ouvert ce week-end aux horaires habituels.

 

Information & réservation :
Le Chenal
13 rue du Port-Melon 29840 Porspoder
Tél.
02 98 89 54 36 – Mél.lechenal.melon@gmail.com
www.lechenal.fr

*Hosomi Ayako (1909 – 1997)
**(1998 – durée : 1h30)
***Crédit : Huile sur toile 202 x 143 cm, 30 novembre 1967.
Donation Pierre et Colette Soulages, musée Soulages, Rodez.
Photographie Vincent Cunillère © Adagp, Paris, 2019.

Les Haïkus et le changement climatique

Rencontre avec Alain Kervern
autour de son essai passionnant

Haïkus & changement climatique,
le regard des poètes japonais*

Samedi 14 mars 2020 à 16h
Le Chenal – Porspoder – 29

 

Depuis toujours, le mujokan – sentiment de l’imprévisibilité de toute chose – nourrit le rapport des japonais à la nature. Depuis toujours, les Haïkus se sont inspirés des saisons, des éléments, du temps pour dire le monde. Aujourd’hui comme hier, les poètes japonais se saisissent des changements liés à l’urgence climatique. Ainsi Hosomi Ayako :

Au fond de la nuit
s’éteignent l’une après l’autre
les lucioles pour toujours

Leurs haïkus contribuent à révéler la menace qui pèse sur une nature si emblématique de la beauté du Japon. Comme pour ces cerisiers évoqués ici par Motomiya Tetsuro :

Tant de produits chimiques
se dissolvent en nous
vaporeux nuages de cerisiers en fleurs

Venez célébrer le printemps et partagez cet appel poétique à mettre en œuvre un nouvel humanisme attentionné à la fragilité et à l’impermanence du monde en compagnie d’Alain Kervern.

Information & réservation :
Le Chenal
13 rue du Port-Melon 29840 Porspoder
Tél.
02 98 89 54 36 – Mél.lechenal.melon@gmail.com
www.lechenal.fr
*éditions Géorama

Géopoétique

en présence de Rachel Bouvet
Lectures vagabondes – Liffré – 35
Mercredi 11 mars à 20h30

Photo Rachel Bouvet_cre-dits Yasmine Bouvet-Hasab Alla-crop
© Yasmine Bouvet-Hasab Alla – crop

Autour de son essai
Tisser les voix

Couv_Tisser les voix_rachel_bouvet_300 DPI_CMYK

éditions Mémoire d’encrier

 

Autour d’une sélection d’auteurs notamment canadiens,
des carnets issus des ateliers de géopoétique que Rachel Bouvet organise avec son atelier : la traversée,
nous vous invitons à une immersion au cœur d’une littérature en mouvement.

J’ai arpenté les rives du Nil avec autant de fascination que les côtes bretonnes, j’ai découvert toute une nouvelle gamme de spectacles émouvants, allant du vol de l’ibis aux papyrus étoilés des bords du fleuve en passant par les mouvements de felouques à voile blanche zigzaguant d’une rive à une autre. À un moment donné, des liens se sont créés entre l’air salin, le bruit des vagues, un brin nostalgique, le varech sur la plage, les piaillements des mouettes, les mauves et les ors des genêts et des bruyères, et une vallée étroite enchâssée entre deux déserts fauves et ocres, l’eau pleine de lumière et de bruits d’oiseaux, faisant surgir la vie, le vert, avec tant de vigueur que l’on ne peut faire autrement que s’étonner devant ce prodige de la nature.

 

 

Information & réservation :
Lectures Vagabondes
28 avenue François Mitterrand 35340 Liffré
Tél.02 99 68 59 32 – Mél.lecturesvagabondes@orange.fr

*p.43 & 44 – Tisser les voix – Mémoire d’encrier

 

TITI ROBIN

Poésie et musique
en présence de cet artiste talentueux

Portrait Titi Robin _ @Louis Vincent _ 3

  Crédit photo : Louis Vincent

autour de son recueil sensible et sensuel
Je t’ai bue sans sucre,
mon amertume

MEP_Couv-Titiéditions Riveneuve – 2019

Rendez-vous le
Mercredi 11 mars à 20h – L’Autre Rive – Berrien – 29
Jeudi 12 mars à 19h30 – Le Tagarin – Binic-étables – 22

Je sens ton souffle
Sens-tu le mien
étoiles filantes
Sucre roux
Draps de coton
Lait cru*

ATTENTION – Les deux dates morbihanaises sont reportées
Le vendredi 8 mai 2020 – Bateau Livre – Pénestin – 56
Le samedi 9 mai 2020 – La Dame Blanche – Port-Louis – 56

Pain
citron
pois cassés
**

Les mots épurés de TITI ROBIN évoquent avec puissance des instants simples, troublants et émouvants.
Une poésie qui donne envie de se poser et de partager à voix haute et en musique.

Information & réservation :
L’Autre Rive
Restidiou vraz 29690 Berrien
Tél.02 98 99 72 58 – Mél.lautre-rive@hotmail.fr,
Blog : http://autrerive.hautetfort.com

Le Tagarin
15 rue Pasteur 22 680 étables-Binic
Tél.02 96 65 47 35 –
Mél.contact@cafelibrairie-letagarin.fr
Site : www.cafélibrairie-letagarin .fr

*P.31 in Je t’ai bue sans sucre, mon amertume, éditions Riveneuve, 2019
**P.41 in Je t’ai bue sans sucre, mon amertume, éditions Riveneuve, 2019

Embruns poétiques

Venez-vous ressourcer
au plus près de l’océan

en compagnie de Gwenaëlle Abolivier

-Bernard Pronost     Crédit photo : Bernard Pronost

le mercredi 11 mars à 18h30 – Livres In Room – St-Pol-de-Léon – 29
& le jeudi 12 mars à 20h – La Cabane à Lire – Bruz – 35

autour de son récit d’arpentage
Tu m’avais dit OUESSANT
éditions Le mot et le reste – 2019

Un instant suspendu, mélancolique et revigorant ; une histoire de sel et d’écume à partager à voix haute

couv_tumavaisditouessant

Va et on te le dira : quoi qu’il arrive l’île est plus forte que tout !
La fascination réside peut-être là. C’est la nature qui a le dernier mot.
Si en ville nous sommes déjà des hommes augmentés ou en passe de le devenir,
ici, le ciel et ses déchirures, l’aveuglement du soleil et la furie de la mer,
nous rappellent à notre fragilité.*

Retrouvez notre chronique de ce très beau roman
parue en décembre 2019 sur notre site
https://www.lafederationdescafeslibrairiesbretagne.fr/tu-mavais-dit-ouessant/

& bienvenue lors de nos rencontres poétiques
à savourer jusqu’au 5 juin 2020

Notre programme complet en un clic
Thé, café et poésie 2020

Information & réservation :
Livres In Room – 29 rue Général Leclerc – Saint-Pol de Léon
Tél.02.98.69.28.41 – Mél.contact@livresinroom.fr

La Cabane à Lire – Place Marcel Pagnol – Bruz
Tél.02.23.50.35.85 – Mél.contact@lacabanealire.fr

*p.181 in Tu m’avais dit OUESSANT , éditions Le mot et le reste

Printemps en poésie

Autour des coups de cœur
des libraires
de la Fédération des cafés-librairies de Bretagne

Rendez-vous poétiques
entre lectures à voix haute et soirées musicales

du 7 mars au 5 juin 2020
dans nos librairies

Partageons ce souffle poétique

Pain
citron
pois cassés
*

Une édition 2020 intense et pétillante
en présence de

Gwenaëlle Abolivier, Maram al Masri, Rachel Bouvet, Cécile Coulon

Albane Gellé, Alexis Gloaguen, Fabienne Juhel, Alain Kervern


Yvon Le Men, Daniel Maximin, Isabelle Pinçon & Titi Robin

du 7 mars au 5 juin 2020
Programme complet en UN CLIC

1ère de couverture - Thé, café et poésie 2020

Thé, café et poésie 2020*

Cette 8ème édition accompagne Le Printemps des poètes dont le thème est
LE COURAGE

Découvrez dans nos librairies
les deux anthologies 2020 parues
aux éditions du Castor Astral et Bruno Doucey

**P.41 in Je t’ai bue sans sucre, mon amertume, TITI ROBIN, éditions Riveneuve, 2019.

MEP_Couv-Titi

Pour des raisons liées au coronavirus, les deux dates morbihanaises de Titi Robin sont reportées au mois de mai 2020 mais ses deux récitals sont maintenus à L’Autre Rive (Berrien – 29) et au Tagarin (Binic-étables – 22).

Soirée poétique autour de Tristan Corbière

En présence de Fabienne Juhel
à L’Autre Rive – Berrien – 29
Samedi 7 mars 2020 à 18h30

La Mâle-mort entre les dents, Fabienne Juhel met en scène la pastorale de Conlie*, poème de Tristan Corbière consacré à cette armée de Bretagne qui, en 1870, est littéralement abandonnée par sa hiérarchie dans ce camp militaire devenu champs de boue et de misére.

Qui nous avait levés dans le Mois-noir – Novembre –
Et parqués comme des troupeaux
Pour laisser dans la boue, au Mois-plus-noir – Décembre –
Des peaux de mouton et nos peaux !
**

Fabienne Juhel plonge le jeune poète au cœur de cet enfer en qualité de journaliste de terrain, journaliste poétique, correspondant de guerre, et croquer quelques dessins par là-dessus, écrire des couplets bien sentis***. Vingt-deux quatrains exactement qu’il consacre à ce qui fut l’un des grands scandales de cet affrontement avec les prussiens. Un poème-réquisitoire inspiré par le témoignage de son beau-frère, Aimé Vacher, engagé volontaire et époux de Lucie Corbière.

Un opus passionnant et jubilatoire où l’on croise la Grande Histoire, Max Jacob, Jean Moulin, l’homme engagé et l’artiste, et ce grand poète morlaisien fantaisiste et talentueux, Tristan Corbière confronté à l’absurde de la guerre.

Soirée-lectures poétique en présence de Fabienne Juhel, romancière et spécialiste de Tristan Corbière.

Information & réservation :
L’Autre Rive
Restidiou vraz 29690 Berrien
Tél.02 98 99 72 58 – Mél.lautre-rive@hotmail.fr,
Blog : http://autrerive.hautetfort.com

*La pastorale de Conlie (par un mobilisé du Morbihan) p.151 in Les Amours jaunes, Poésie/Gallimard, Paris, 2004
**p.14 in La Mâle-mort entre les dents, éditions Bruno Doucey, Paris, 2020
***p.174 in La Mâle-mort entre les dents, éditions Bruno Doucey, Paris, 2020