Archive: Sep 2018

La guerre d’Algérie

Une embuscade dans les Aurès
Anne Guillou

 


Skol Vreizh – 2018 – 15 €

Le recteur se dirige vers moi, m’entoure les épaules et me dit
Raymond est mort ! Il a été tué hier dans une embuscade !
Je proteste, crie à la méprise. J’ai reçu une lettre hier !
Non, non, il est mort, insiste le recteur.
Et, s’adressant à mes parents qui échangeaient avec le maire :
La colonne a été attaquée. Ils ont répliqué ! Une balle en plein cœur ! Il n’a pas souffert.*

Le 12 septembre 1960, Anne Guillou, jeune finistérienne de 20 ans, perd son fiancé, officier saint-cyrien tué en Algérie. Dans ce témoignage, l’auteure nous offre une lecture intime et très documentée de ce conflit. A partir des articles du Télégramme de l’époque, de nombreuses archives, de sa mémoire des événements, de son voyage récent en terres algériennes, Anne Guillou, sociologue, retrace l’histoire d’une jeunesse brisée. Les hommes embarqués dans une guerre qui ne dit pas son nom, les femmes qui attendent leur fiancé, leur mari, leur enfant. Une génération de jeunes soldats confrontés à une réalité traumatisante. Une embuscade dans les Aurès est aussi un portrait d’une jeune femme qui apprend à transformer l’épreuve par la connaissance, la perte par l’appel de la vie.

Avec le temps, quand les larmes se sont séchées, quand j’ai vu la reprise des études comme une éventualité, j’ai ressenti un fort désir de vivre et d’enfouir jusqu’au souvenir de mon malheur. Ce qui s’était passé en ce mois de septembre 1960, je ne voulais plus qu’il habite mes pensées et mes journées. Je voulais l’oublier, oublier mon état de quasi-veuve. Je serai seule désormais, mais je vivrai. J’y suis parvenue.*

P.92 & 201, in Une embuscade dans les Aurès

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

 

Manifeste pour la nature

Du 19 octobre au 15 décembre
A l’origine…la nature
dans les Cafés-librairies de Bretagne

Couv la nature

Huitième édition de Libres en littérature

Face au dérèglement climatique et aux nombreuses dérives liées à la société de consommation, nous vous proposons cet hymne à la nature, à la vie végétale, animale et humaine. Romans, essais, témoignages, documentaires donnent à penser la nature dans ce qui la constitue et ce qui la menace aujourd’hui.

Elle est littérature avec Alexis Gloaguen, Fabienne Juhel, Carole Martinez, Jeff Sourdin.
Elle est au cœur des missions et des combats menés par les chercheurs, experts, journalistes présents dans cette manifestation.

De la forêt tropicale primaire au jardin en mouvement, de la disparition des abeilles à l’exploitation animale, de l’inertie politique à l’action écocide de firmes internationales comme Monsanto,

venez partager ces rencontres, débats et projections qui nous invitent à penser et à agir pour l’environnement

en présence de Jean-Michel Bertrand, André-Joseph Bouglione, Sandrine Bouglione, Gilles Clément, Stéphane Durand, Mauricio Garcia-Péreira, Alexis Gloaguen, Francis Hallé, Fabienne Juhel, Hervé Kempf, Stephen Kerckhove, Carole Martinez, Fabrice Nicolino, Colin Niel, Red!, Marie-Monique Robin & Jeff Sourdin

PROGRAMME COMPLET EN UN CLIC
Programmation Libres en littérature 2018

Pays retrouvé

Jeff Sourdin
Pierre Jourde

couv sourdin pays-600px (1)

La Part Commune – Rennes – 2014 – 15 €

 

Le plus beau moment de la journée se produisait alors : ma mère sortait de son cabas les grandes brioches au sucre que nous avions tous oubliées et, dans la chaleur rassurante de la cuisine, nous croquions dedans. La brioche avalée, mon père se levait bon il faut s’y remettre et nous l’imitions tous. Les vaches nous attendaient et le quotidien reprenait son cours, égal et régulier.

 

A la mort de son père, désormais orphelin, le narrateur revient dans la ferme de son enfance dont il vient d’hériter. Il se remémore cette vie de labeur, cette vie de taiseux où l’on fait sans dire, où l’on ressent sans partager, où l’on a peu de temps pour la famille et les loisirs. Peu à peu, la tristesse laisse la place aux souvenirs heureux : la foire Saint-Martin, la naissance d’un veau, un repas de famille du côté de la mère. Après des années qui semblent vides de sens, ce fils de paysans retrouve le goût de la campagne, le goût de son enfance, le goût de vivre.

Je me sens tout neuf.

Ce monologue d’un adulte, redevenu cet adolescent timide et obéissant à la seule vue d’un lève-patate, nous happe dès les premières pages. Mélancolique et drôle, le narrateur nous raconte le monde rural à coup de scènes de vie et de dialogues avec le père Rossignol, un ancien qui parle et transmet l’histoire, le savoir-faire, l’esprit des gens de la terre. Au fil des pages, le monde rural se devine à la fois laborieux et infiniment vivant. Par touches impressionnistes, Jeff Sourdin donne vie à ses personnages, aux paysages, à ce quotidien nourri de moments simples, à cette part d’invisible où se niche l’évidence d’être là. Ce texte touchant et généreux est accompagné par les pointes sèches de Pierre Jourde, délicates et poétiques.

Dans le cadre de la huitième édition de
Libres en littérature
consacrée cette année à la nature
Le café-librairie Gwrizienn
et la Fédération des Cafés-librairies de Bretagne
ont le plaisir d’accueillir Jeff Sourdin

Le vendredi 23 novembre 2018 à 19h30

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB