Chronique littéraire

Maram al-Masri ambassadrice en poésie

écrire
c’est vivre sur le bord d’une falaise
et s’accrocher à un brin
d’herbe

Maram al-Masri écrit la vie en poésie, écrit le monde comme il est, comme il va, écrit la beauté et les violences de notre époque. La guerre, l’amour, l’enfance, la solitude, la nostalgie et la liberté, fil conducteur de toute une vie. Celle d’aimer, de partir, de vivre, d’écrire et de s’engager. L’écriture ciselée de Maram al-Masri est à la fois sensible et radicale, douce et révoltée, épurée et métaphorique, clairvoyante et sensuelle.

Je vous livre la langue d’un corps chaud
un cadavre

devant vous je me dénude
                                             doigt
                                                   par doigt
                                                     ongle par ongle

peau
puis os
puis poème

 

Une poésie mise à nu qui capte immédiatement ceux et celles qui la lisent & l’écoutent, touchés par son enthousiasme, son goût des autres, sa soif de bonheur, son humanité et son acuité à regarder le monde et à le partager. Maram al-Masri est une ambassadrice INCONTOURNABLE de la poésie contemporaine.

*P. 121 in Le Rapt, éditions Bruno Doucey, 2015
**Signe 31 P.77 in Par la fontaine de ma bouche, éditions Bruno Doucey, 2011

 

LES MOHAMED

Jérôme Ruillier

couv-Mohamed-NE-2019-620x880

D’après le le livre Mémoires d’immigrés de Yamina Benguigui

(ré)édition Sarbacane – 2019 – 20€
en collaboration avec Amnesty International et La Cimade

Quand on entre chez Renault, on regarde comment vous vous appelez. Si c’est Mohamed, on vous envoie à la chaîne. Khémaïs ou Mohamed, hein, c’est pareil !

khémaîs

Inspiré du livre de Yamina Benguigui Mémoires d’immigrés et de son documentaire éponyme désormais incontournables, ce roman graphique met en image la parole des acteurs et actrices de cette Histoire, croqués ici avec épure, expressivité et force. Cette succession de portraits contribue à rendre visible cette mémoire souvent méconnue, parfois volontairement ignorée. Une mémoire pleine de vie, d’espoir, d’engagement de ces pères, de ces mères et de ces enfants dont le destin est indissociable du nôtre. Une mémoire salvatrice, une mémoire entre deux rives :

A partir de ce moment-là, je n’ai plus regardé mon père de la même façon. J’ai pensé que la politique française s’était servie de son courage, car il lui en avait fallu beaucoup à ce simple paysan, analphabète, pour se faire pionnier, pour avoir le projet de traverser la mer, de s’exiler, seul, dans un pays inconnu avant de faire venir sa famille. J’ai pensé qu’il avait donné vingt ans de sa vie.

Myriem – Témoignage p.248 à 259

Myriam

Tant que les lions n’auront pas de griots pour chanter leurs hauts faits, les histoires de chasse continueront d’être chantées pour la gloire des chasseurs.
Proverbe africain

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

 

BRILLE ENCORE, SOLEIL D’OR

Guo Zhenyuan – Véronique Massenot
Zhu Chengliang

SOL_couv_OK.indd

éditions HongFei – 2019 – 14,50€
Dès 3 ans

Que fais-tu, Soleil d’or ?
S’il te plaît, reste et brille encore !

Du lever à son coucher, la magie du cycle du soleil est mise en scène dans ce très bel album entre rouge flamboyant et or majestueux. Les animaux – le singe, les pandas, le chat, le buffle, les écureuils, les oiseaux et les kangourous – suivent le soleil et montent sur le mont pour être au plus près de l’astre. Mais, celui-ci décline peu à peu et les animaux s’allient pour le retenir. Peine perdue, la nuit tombe inexorablement…

Et puis, c’est le matin.
Le soleil se lève doucement…

Monsieur coq l’aperçoit le premier :
Cocorrrrrico !
Soleil d’orrrrr est de rrrrretourrrrr!

Il chante fort pour annoncer la bonne nouvelle.

Ce très bel album – dont certaines illustrations rappellent l’univers de Klimt – célèbre la vie, incarnée en Chine par le rouge, couleur associée au feu, au soleil. En compagnie d’animaux dont certains sont emblématiques du bestiaire chinois, cette histoire nous ramène à l’essentiel.

SOL_int_OK.indd

 Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

Souvenirs d’enfance

Mori

Vacances d'été - Mori

éditions HongFei – 2019 – 13,90€
Dès 3 ans

En souvenir de ce qui s’est passé
et qu’on ne veut pas oublier…

Cartables sur le dos, les vacances commencent pour cette petite fille et son chat. Au fil des pages, nous les accompagnons à la piscine, chez le marchand de glace, à vélo dans la campagne.

ETE_int_OK.indd

Nous sommes pieds et pattes dans la mare aux grenouilles, au bord de l’eau canne à pêche en bandoulière, cachés dans un champs de tournesols. Nous traversons ces paysages, chapeaux de paille sur la tête et sac au dos, en partageant les coups de cœur de l’auteur comme cette sculpture de Yayoi Kusama posée à fleur de cale.

ETE_int_OK.indd

Voilà que le beau feu d’artifice & les feuilles d’automne annoncent la fin de l’été.

Cet album délicat est une succession d’instantanés drôles et poétiques. A chaque page, Mori fait poser le chat et l’enfant, côte à côte, les corps figés, les regards droits dirigés vers le photographe. L’humour se niche dans le détail, un canard en plastique ou une jolie grenouille juchés sur la tête du chat, un appât ou un sac-chat…& toujours cette ambiance à la fois sereine et mélancolique qui irrigue les pages de ce voyage à partager. Absolument.

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

 

bonjour abeille

Un album jeunesse
de Géraldine Collet & Olivia Cosneau

ABEILLE

éditions Sarbacane – 2019 – 12€
Dès 18 mois

Dans la ruche, l’abeille se réveille.
Et après, que fait-elle ?

Bonjour-abeille pages intérieures

Initiation à la nature avec ce très bel album à découvrir dès le plus jeune âge. Du réveil au coucher, nous suivons la vie des abeilles entre butinage et rencontres. De fleur en fleur, elles aspirent le nectar pour préparer le miel dont tout le monde se régale.

Bonjour-abeille int.2

L’ambiance printanière de ces pages illustrées par Olivia Cosneau irrigue cette découverte du monde des abeilles. Les pages superbement colorées, les dessins tout en rondeur et en douceur nous invitent à voyager entre nuage et pétales. Les rabats créent la surprise et suscite la curiosité des enfants ravis de participer à la lecture de cette balade bucolique et gourmande.

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

Un très beau roman

Les sœurs aux yeux bleus
Marie Sizun

les soeurs aux yeux bleus

Arléa – 2019 – 20€

 

Alice et Louise ont-elles compris ce qui se passait, perçu ce noir chagrin de la petite Nini, toujours si gaie, si légère, si insolente ? Louise, inquiète de sa santé, est entrée dans une mélancolie qui la retranche de la vie des autres. Alice, elle, tout occupée de son avenir, est déjà ailleurs. Il reste que cet été à la Bernerie marquera un passage dans la vie des sœurs aux yeux bleus. Comme si, déjà, le destin les séparait.

 

Juin 1877, nous retrouvons Léonard et Livia, la gouvernante suédoise, à Meudon. Hulda, l’épouse de Léonard et la jeune mère de cinq enfants : deux garçons et trois sœurs aux yeux bleus, vient de mourir. Les frères restent en pension en France, les sœurs – Louise, Eugénie et Alice, bébé – partent avec leur père et Livia à St Pétersbourg. Partis pour deux mois, ils y restent 8 ans. A leur retour en France, ils s’installent chez l’oncle Baptiste à La Bernerie-en-Retz. Un retour qui marque leur séparation avec Livia, peu à peu haïe par Louise. Au bord de la mer, dans cette ambiance des stations balnéaires de cette fin du XIXème siècle, la famille affronte la maladie de Louise, les amours empêchés par la pauvreté et la volonté d’Alice de s’affranchir de l’emprise paternelle. Chacune trace son sillon mais l’ombre de Livia pèse sur leur destin.

Autour de la tombe de Hulda, se révèlent peu à peu les secrets de famille et le destin de ces trois sœurs aux yeux bleus s’emballent. Marie Sizun dresse ici un magnifique portrait de femmes portées par leur amour sororal. Ce lien tissé dans l’adversité et l’ennui leur permet de se libérer peu à peu de cette morale bourgeoise et corsetée. Mais l’histoire se répète d’une génération à l’autre et Lô, fille unique d’Eugénie, se trouve confrontée à son tour aux fantômes du passé. L’écriture sensible et incarnée de Marie Sizun pose le décor de ce nouveau roman épique et profondément émouvant. Un nouvel opus qui annonce en filigrane d’autres personnages à laquelle elle a su nous lier avec force. Et, si Lô, dans laquelle Alice retrouve

toute la tendresse et la fragilité de Hulda,

n’était autre que la Fanny de la Femme de l’allemand ?

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

Vive les émotions

Bienvenue tristesse
Eva Eland

sans-titre

Les éditions des éléphants – Dès 3 ans – 14€

 

Essaie de ne pas être effrayé par tristesse. Donne-lui un nom. Ecoute-là.

Un jeune enfant – petite fille, petit garçon – ouvre la porte à Tristesse. Tout d’abord hostile à cette invitée imprévue, l’enfant se rapproche d’elle et l’accueille pour mieux la laisser partir.

 

47582176_800004983686260_4077970831020547241_n

Cet album tendre et intelligent accompagne avec subtilité le tout-petit dans la découverte de ses émotions. Accepter d’éprouver, accueillir la tristesse pour la laisser enfin s’échapper et qu’une nouvelle journée commence. La délicatesse du trait, les couleurs pastel accompagnent un texte juste et sobre. Un livre sensible à partager dans la douceur.

 

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

L’ours et le canard

May Angeli

l'ours couv

Les éditions des éléphants – dès 4 ans – 14€

L’ours dégagea délicatement l’oiseau et le prit dans sa grosse patte.

A la fin de l’hivers, l’ours est réveillé par un raffut qui sonne la fin de l’hibernation. Il recueille un canard blessé, le soigne et se lie d’amitié avec lui. Convalescent, le canard se perche sur le dos de son nouvel ami pour de longues balades et des conversations infinies. Lorsqu’il guérit, l’oiseau s’envole vers de nouveaux horizons.

Le Canard parti,
l’Ours n’avait plus goût à rien.
Son ami lui manquait.
Il mangeait sans appétit.

L’Ours et le Canard est une histoire d’amitié magnifiée par les gravures sur bois de May Angeli. Subtilement colorées, elles incarnent avec délicatesse les saisons et émotions traversées par les protagonistes. Des sentiments en miroir du temps qui se fige ou se remet en mouvement. Le trait, vif et nervuré, apporte vie à cette rencontre inédite qui se déploie sur plusieurs saisons. Entre séparation et retrouvailles, L’Ours et le Canard nous raconte le bonheur de partager.

sans-titre

 

Un album éminemment tendre et poétique

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

La lanterne de tonton

Wang Yage – Zhu Chengliang

couv

éditions HongFei – dès 3 ans – 14,90€

La coutume veut qu’au troisième jour de l’année,
les oncles viennent offrir des lanternes à leurs neveux et nièces.

zaodi

La neige est au rendez-vous de ce nouvel an illuminé par les lanternes colorées. La petite Zaodi est émerveillée par ce jaillissement de blanc et de lumière. Elle aimerait que ces réjouissances durent toujours entre retrouvailles familiales, jeux et rondes avec ses amies, vœux échangés. Cette fête villageoise est un moment éphémère, un temps fort et fragile comme ces petites flammes qui viennent conjurer la nuit et le froid.

Au loin, une voix annonce : il est temps d’éteindre les lanternes.
Eteignons les lanternes et faisons nos vœux…

la-lanterne-de-tonton

La délicatesse du propos et du dessin porte cet album jeunesse superbement illustré par Zhu Chengliang. Ses peintures et pastels colorés font jaillir la vie de ce village qui se déploie sur des double-pages somptueuses où se nichent mille détails : une conversation entre femmes, une envolée d’oiseau, un chien affectueux, des jeux d’enfants, un doudou protecteur. Sur les routes enneigées, se croisent enfants et adultes heureux de se retrouver à l’occasion du réveillon.

village

Joyeux et mélancolique, ce livre évoque les plaisirs simples et intenses de l’enfance, cette capacité à s’émerveiller et à s’émouvoir, cette immersion dans le présent, ce sentiment de bonheur vif et partagé. Puis, l’ennui et le vide ressentis quand les festivités se terminent. Face à ce temps qui passe, le réconfort de comprendre que :

le nouvel an reviendra, et tonton aussi.

 Un très bel album qui nous raconte le mouvement de la vie
avec émotion et simplicité.

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

Un album graphique JUBILATOIRE

RACONTARS ARCTIQUES
L’intégrale

couv-Intégrale-Racontars_avec-bandeau-620x794

Jorn RIEL – Gwen DE BONNEVAL
Hervé TANQUERELLE

Sarbacane – 29,90€ – 2018

Il y aura de la place pour tous parce que dans ce temps-là, Lasselille, ce sera fini avec l’Histoire, là-bas en bas. Ils seront sans Histoire. Prends bien note de ce que j’dis, c’est le chemin que ça prend. Ils vont découvrir que l’histoire qu’ils ont écrite jusqu’à présent n’est que du remplissage et du bavardage d’un bout à l’autre. A ce moment-là, ils seront bien obligés de tourner leur regard vers le Nord. C’est ce qu’on a toujours fait quand on s’est embourbé. Parce que c’est ici que se trouvent les exemples, j’te le garantis. Moi, toi et Museau et les autres, nous sommes les exemples de l’Histoire Universelle.*

Dans ces paysages plongés dans le froid et la longue nuit hivernale, Valfred, Anton, le cuisinier chinois, Herbert, le coq Alexandre, William le Noir, Lodvig, Bjorken, Lasselille, le tatoueur, le comte, Emma et tous les autres écrivent l’histoire de ces terres du Groenland. Pour notre plus grand bonheur, ils ont tous une anecdote savoureuse à partager
entre deux eaux-de-vie et un p’tit roupillon ronflant.

vierge_froide_2

La vie de ces chasseurs-trappeurs relève de la survie : chasser pour manger, lutter contre les ours, surmonter les conditions extrêmes du climat et la solitude qui rend fou. Heureusement, il y a les amis, l’imaginaire et la curiosité permanente pour ses congénères et ce que la vie offre à découvrir. Car, dans ces contrées glacées, on aime rire, rencontrer & partager les derniers racontars arctiques autour d’une table, d’un tatouage, d’une gnôle. Au fil des pages, se dessine une galerie de personnages touchants qui ont fait le choix de l’aventure et de la liberté. Plein de gouailles et de trouvailles, leur ordinaire bascule dans l’extraordinaire. Chaque histoire porte sa part de rire et de tragique comme celle du Roi Oscar

…où Halvor noie sa déception dans le schnaps,
et où Vieux-Niels se montre bien imprudent dans ses amitiés…

Rustres mais plus subtils qu’il n’y paraît, ces chasseurs-trappeurs, philosophes à leurs heures, donnent libre cours à leur imagination – ah ! Emma – et plongent leur auditoire dans le monde merveilleux et cruel du conte.

Intégrale-Racontars_p18-19

Ces récits jubilatoires de Jorn Riel sont magnifiquement mis en scène par Gwen de Bonneval, scénariste, et Hervé Tanquerelle, dessinateur. La narration, rythmée et inventive, est incarnée par un dessin où le réel se mêle à l’imaginaire, où le détail truculent précède l’images somptueuse. Pleins d’humanité & de drôlerie, trognes brûlées par le froid et l’alcool, ces personnages sont extraordinairement vivants et nous attachent à eux avec force. Il y a une amitié qui se ressent de bout en bout dans ce roman graphique, celle que porte Jorn Riel, Gwen de Bonneval et Hervé Tanquerelle à ces hommes du Groenland, celle que l’on éprouve pour eux dès la première page de ce recueil de nouvelles truculentes.

Cet album graphique est LE CADEAU DE NOEL 
2018 à glisser sous les sapins

 

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la Fédération des Cafés-librairies de Bretagne

*P.78