Archive: Oct 2017

Marie Sizun & Delphine Coulin

LIBRES EN LITTERATURE
ENFANCE(S)

Libres-en-litterature-2017-couv

en présence de Marie Sizun

à La Gède aux Livres à Batz-sur-Mer – jeudi 2 novembre à 18h
& à L’écume…à Groix – vendredi 3 novembre à 18h

&

en présence de Delphine Coulin 

à L’Embellie – vendredi 3 novembre à 19h30

Libres-en-litterature-2017-couv

Programme complet :
ENFANCE(s) – 7ème édition Libre en littérature

 

Informations et réservations :

La Gède aux Livres  – Jeudi 2 novembre à 18h
22 rue Jean XXIII 44740 Batz Sur Mer
Tél.09 64 25 30 11 – Mél.lagedeauxlivres@gmail.com

L’écume… – Vendredi 3 novembre à 18h
3, place de l’Eglise 56590 Groix
Tél. 02 97 56 42 67 – Mél. lecume-groix@orange.fr

L’Embellie
13 rue Jean Duplessis 44760 La Bernerie en Retz – Tél. 02 40 82 48 04
Mél. contact@embellie.org – www.embellie.org

Jean Rouaud à L’ivraie

Ce samedi 28 octobre 2017 à 20h30
à L’Ivraie – Douarnenez

Rencontre avec Jean Rouaud
Autour de son spectacle et recueil poétiques
STANCES* (éd.des Busclats)

& de ses romans

 

STANCES

Après une brève histoire de la poésie à travers les siècles- Non impedias musicam – , ce recueil nous offre une lecture décalée et sans concession de notre monde qui court qui court en direction de nulle part. Six thématiques – Art, Communications, Sciences, Culture, Politique, littérature – nous ouvrent les pages d’un journal intime. Pour chaque thème – deux variations et toujours ce regard pénétrant, sévère et tendre de Jean Rouaud. Stances est le portrait d’une société en manque d’humanité…

quand il serait plus juste de demander des comptes
à l’humanité elle-même
à l’inhumaine humanité
à l’inhumanité

& de poésie. Un monde dans lequel nous croisons Vincent Van Gogh à l’oreille coupée et la poitrine trouée, un Hobo en quête de beauté, un semencier sans conscience oublieux de Rabelais, le Che et tant d’inconnus broyés par le mouvement du monde. Heureusement il y a les mots et les chants, les poèmes et la littérature :

par laquelle nous sommes au monde
un peu moins méconnaissables
un peu moins mécréants du temps qui passe.
un temps qui s’offre à nous sur un plateau de phrases
camouflé dans le chant d’une grive
qui nous ramène au pays d’enfance

Une échappée en musique avec Jean Rouaud
à l’Ivraie le samedi 28 octobre 2017 à 20h30

Par périodes je me penche au-dessus de ma guitare qui est mon radeau de jeunesse. J’ai raconté comment elle m’avait permis de ne pas rester sur le quai et de contempler les voiles de mes semblables s’éloigner à l’horizon, d’échapper au tête à tête avec mes fantômes, d’embarquer clandestin sur le grand courant contestataire… 

Jean Rouaud, Être un écrivain, La vie poétique IV,
Éditions Grasset, 2015

 

Information & réservation :
L’Ivraie – 
19, rue Voltaire 29100 Douarnenez
Tél. 09 73 65 03 73 – Mél. livraie.dz@gmail.com

*Poèmes composés d’une suite de de strophes lyriques d’inspiration grave.Dictionnaire Le Robert brio, 2016

ENFANCE(S)

Cette semaine
Vos rendez-vous ENFANCE(S)

Libres-en-litterature-2017-couv

avec l’auteure et illustratrice
Li-Chin Lin

Lichin-LIN_by-Aimee-Ardouin
autour de ses romans graphiques
FORMOSE & FUDAFUDAK
(éditions ça et là)

Dans le cadre du Festival Quai des Bulles
Sur le stand de La Cour des Miracles

&

Samedi 28 novembre à 20h30
Rencontre avec Jean Rouaud
à L’ivraie

autour de Stances – spectacle poétique
& de ses romans

 

Information & réservations :
L’Ivraie 
19, rue Voltaire 29100 Douarnenez
Tél.09.73.65.03.73

Programme complet en un CLIC : ENFANCE(s) – 7ème édition Libre en littérature

ENFANCE(S)

Du mercredi 18 octobre au samedi 18 novembre

L’enfance(s) s’invite dans les Cafés-librairies

Libres-en-litterature-2017-couv

Programme complet en un CLIC : ENFANCE(s) – 7ème édition Libre en littérature

Rencontrez cette semaine

Carole Martinez le mercredi 18 octobre à Lectures Vagabondes – Liffré –
en  partenariat avec la Médiathèque
Marie Le Gall le jeudi 19 et vendredi 20 octobre à Livres In Room – St Pol de Léon –
et L’Ivresse des Mots en partenariat avec la Médiathèque de Lampaul Guimiliau
Yvon Le Men le samedi 21 octobre au Comptoir Gâvrais – Gâvres

& bientôt dans nos librairies :


Éric Chevillard, Delphine Coulin, Alain et Désirée Frappier,
Yann Fiévet, Joël Jouanneau, Li-Chin Lin, Jean Rey,
Jean Rouaud, Insa Sané & Marie Sizun

Autour des dessins originaux de Elza Lacotte
exposés à La Dame Blanche dès le 10 octobre 2017

Mon étrange soeur

Mon étrange soeur
Marie Le Gall
Ed.Grasset – 214 p. – 18 € – 2017

 

Dix neuf ans, oui. Tu avais dix-neuf ans de plus que moi. Sans doute m’avais-tu tellement appelée dans ton exil sur la Terre, dans tes rêves ou tes prières ! J’ai fini par t’entendre. J’ai fini par naître. Ce fut comme si j’étais sortie de toi et non de notre mère. Jouets d’un destin absurde,
deux soeurs unies dans un seul être, bancal, errant, perdu.

Ce nouveau roman de Marie Le Gall nous plonge dans une histoire singulière, puissante et émouvante portée par la folie et le secret de famille. La narratrice raconte le rapport complexe et viscéral qui l’unit à  son étrange soeur et leurs destins, comme en miroir, brisés par la maladie, l’absence, le silence et la douleur.

Qui étais-tu ma petite grande soeur ? Ma seconde maman…ma maman…ma blessure, ma jumelle… ma soeur, mon amour. Ma déraison.

L’auteure s’empare de ses souvenirs, des photographies, de l’écriture et remonte le fil de la mémoire familiale : l’année 1936 pendant laquelle le premier enfant naît dans des conditions difficiles. Son enfance et son adolescence – entre innocence et premiers débordements – puis l’arrivée du deuxième bébé, dix-neuf ans plus tard :

La soeur avait une soeur, si petite qu’on crut bien souvent
qu’il s’agissait de son enfant.

La narratrice revisite avec force et sensibilité les mythes et les mensonges pour faire émerger la vérité, trouver enfin sa propre place, échapper à l’enfermement et reprendre les rênes d’une vie empêchée. Une quête âpre, tendue et bouleversante.

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

 

Rencontres avec Marie Le Gall – Libres en littérature 2017
Prix du roman de la ville de Carhaix 2017 pour Mon étrange soeur
Le jeudi 19 octobre – 18h30 – Livres in Room – St Pol-de-Léon
Le vendredi 20 octobre – 20h30 – Médiathèque de Lampaul -Guimiliau partenaire de L’Ivresse des Mots

Informations & réservations :
Livres In Room – 02.98.69.28.41 – livresinroom@orange.fr
L’Ivresse des mots – 02.98.67.95.19 – ivressedesmots@orange.fr

Soirée littéraire avec Carole Martinez

LA TERRE QUI PENCHE
Carole Martinez
Editions Gallimard, 2015, 20€

A tes côtes, je m’émerveille.
Blottie dans mon ombre, tu partages ma couche.
Tu dors, ô mon enfance,
Et, pour l’éternité, dans la tombe, je veille.

La Loue – La terre qui penche, la rivière qui court – revient dans ce troisième opus de Carole Martinez. Cette rivière meurtrière ou aimante autour de laquelle les protagonistes de ce conte se rencontrent, se découvrent, s’aiment et se perdent. Blanche a 11 ans et son sort de princesse est peu enviable auprès de Martin, son père, châtelain violent et coureur de jupon qui la mène à la badine. Blanche rêve d’écrire et de lire mais il le lui interdit, lui qui ne veut pas que le diable s’empare d’elle. Promise à Aymon, enfant roi fou et solaire, elle quitte la demeure paternelle et se révèle dans cette nouvelle vie qui lui offre la connaissance, la liberté, l’amour . Elle va aussi apprendre auprès de la Dame verte l’histoire de sa naissance, celle de ses parents et s’émancipe pour toujours de ses peurs et de l’ignorance.

Je suis une femme à présent, une femme qui sait lire, je peux écrire en mon nom. Je briserai les badines sur les côtes de ceux qui m’en menaceront, je ferai la nique au diable et je mordrai les enfants qui jettent des cailloux aux pendus.
Bouc me l’a dit,
plus personne ne parviendra à me contraindre désormais
et mon père l’a compris.

La narration se construit à deux voix – celles de La vieille âme et de la petite fille – deux voix qui nous dévoilent au fil des chapitres le destin de Blanche. Révoltée par sa condition, Blanche incarne une petite fille malgré tout docile, assoiffée d’amour, de savoir et de connaissance. Nous sommes en 1361 en Bourgogne où la vie est âpre, où les croyances et la peur sont inculquées aux enfants, où l’homme, la femme, les animaux et la nature se lient et se côtoient entre amour et haine. Dans ce Moyen-âge cher à Carole Martinez, les femmes s’émancipent dans un monde brutal où la mort, l’oppression et la violence sont omniprésentes. Son écriture tendue, ciselée, poétique porte un texte picaresque où se mêlent la filiation, la quête de soi et la vertu de la connaissance. Cruel, sensuel et drôle, La terre qui penche nous ensorcelle littéralement.

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

Dans le cadre de Libres en littérature consacrée à l’enfance
Lectures vagabondes vous invite à une rencontre avec Carole Martinez
en partenariat avec la Médiathèque de Liffré

Mercredi 18 octobre à 20h

PROGRAMME COMPLET EN UN CLIC : ENFANCE(s) – 7ème édition Libre en littérature

 

Information & réservation :
Lectures Vagabondes – 28, avenue François Mitterrand 35340 Liffré
Tél. 02 99 68 59 32 – Mél. lecturesvagabondes@orange.fr – www.librairie-lectures-vagabondes.com

 

 

 

La première fois… Roman jeunesse

La première fois
que je suis tombée amoureuse

Nathalie Kuperman

Editions PlayBac  – 2017- 112 p. – 9,95 €
A partir de 10 ans

La-premiere-fois-que-je-suis-tombee-amoureuse

 

Quoi ? J’étais jalouse, c’est ça ? Jalouse de ma meilleure amie ? Si c’était ça l’amour, je n’en voulais pas. Et d’ailleurs, pour me prouver que j’avais encore la maîtrise de mes émotions, j’ai fait le pari avec moi-même que je n’aurais pas moins
de 18 sur 20 au contrôle d’anglais.

Pauline perd – JUSTEMENT – le contrôle de sa vie de collégienne. Tous ses repères s’estompent à la seule vue de Gaétan, le nouveau hyper-craquant, aussi attentif que silencieux, aussi proche que mystérieux. Pourquoi a-t-il intégré la classe un mois après la rentrée ? Comment sait-il que Pauline est bonne en anglais ? Pourquoi est-il si en colère après Sarah qui triche pour échapper à un devoir en cours ? Pauline devient secrète, pleure sans raison, ment comme une arracheuse de dent, perd sa concentration et s’engage sur des montagnes russes émotionnelles.

La question principale était ailleurs. La question principale, c’était : pourquoi mon coeur battait si fort dès que je pensais à lui ? Je n’avais jamais ressenti ça. Je n’osais pas mettre un mot sur le ça qui a fait que, pour la première fois, je n’ai pas retenu un mot du cours de géographie. On étudiait la Chine, et si le prof m’avait interrogée, j’aurais été capable de répondre que Pékin se trouvait au Maroc.
« Il t’arrive un truc grave » me suis-je dit.

Cette jeune collection – Premières fois – met en scène les événements fondateurs qui vous projettent de l’enfance à l’adolescence. Nathalie Kuperman parle ici du premier amour à la fois attirant et follement inquiétant. Nouvelles sensations, émergence de sentiments confus, envie de fuir et de se laisser aller. Avec la peur toujours mêlée au plaisir. La première fois que je suis tombée amoureuse nous plonge avec justesse dans l’intimité d’une ado qui tente de comprendre ce qu’elle n’avait jamais ressenti auparavant. Un roman à offrir pour accompagner l’envol de toutes les Pauline et Gaëtan de l’hexagone.

Gaëlle Pairel, coordinatrice de la FCLB

A venir en 2018 – deux romans dans la même collection :
La première fois que j’ai (un peu) changé le monde, Martin Page
La première fois que j’ai rencontré ma grand-mère, Irène Frain