Actualité

Métropoèmes

Maram al-Masri

Bruno Doucey – 2020 – 16 euros

Victor Hugo

viens avec moi dans le métro
déshabille-nous jusqu’à l’os
habille-nous d’un poème
regarde autour de toi
vois la beauté
vois la laideur
écoute les cœurs

Viens avec moi
apporte avec toi, poésie
l’imagination et le rêve
dont nous avons tant besoin.*

La poésie de Maram al Masri s’empare du métro, de ce peuple de l’ombre qui chemine de couloirs en wagons, de ces vies qui se croisent sans se rencontrer. Sauf ces regards fugaces d’un quai à l’autre, sauf ce conducteur qui ouvre sa porte, sauf ces éphémères instants d’humanité.
Ce voyage nous emporte d’une ligne de métro à l’autre et nous invite à la rencontre en compagnie de cette grande poétesse syrienne qui sait tendre la main, regarder la solitude et la misère, éprouve de la tristesse et de la joie face à tous ses semblables dont les destins se côtoient le temps d’un trajet partagé.

Nation

Le même wagon
nous transporte
Chaque minute affluent de nouveaux corps
qui maquillent leurs secrets et leurs odeurs
comme une femme chauve qui enfile une perruque

Il y a celui qui n’a pas dormi
Il y a celui qui vient de sortir de son lit
Il y a celui qui a encore des baisers accrochés à ses lèvres
et celui qui est en train de les donner
Il y a celui qui était au travail et celui qui y va
celui qui a quitté un être cher et celui qui est quitté
celui qui pleure et celui qui rit
celui qui mange
et celui qui trouve

que la mer

est encore loin.**

 

Avec Maram al Masri, il y a aussi les yeux qui fuient la réalité quand le trop plein de douleurs a fait son œuvre. Mais, la force de sa poésie, sa capacité à créer les possibles, ses mots ciselés ouvrent les horizons les plus obscurs et les plus souterrains :

Saint-Germain-des-Prés

Ne laisse pas tes rêves
dans ton lit
L’obscurité les mangera
comme les tomates
que les mères syriennes
mettent à sécher sur les toits.

Ne chausse pas tes pieds
pour descendre dans la rue
Chausse les pieds de tes rêves
eux seuls peuvent te faire marcher
danser
et même

voler.***

 

Un recueil indispensable !
à lire & à partager au fil des stations
entre poèmes de Maram al Masri
& poètes invité(e)s

Il sait peut-être,
le nuage,
de quel pays il vient…****

*Extrait poème p.135 – 136, Victor Hugo, ligne 2 direction Porte Dauphine, Métropoèmes
**p.55, Nation, Métropoèmes
***p.47, Saint-Germain-des-Prés, Métropoèmes
****p.68, Darciella Rwabahenda Keza, 6 ans, Grand Prix Poésie RATP 2018, Métropoèmes

Poésie en duo

Rendez-vous à l’écume…
Vendredi 21 août 2020 à 18h

All-focus

pour une rencontre-lectures poétique
à deux voix en présence d’
Alexis Gloaguen & d’Yvon Le Men

autour de leurs œuvres respectives, de leurs regards poétiques sur le monde & ses îles.
Amis dans la vie – l’un repasse, l’autre cuisine – ils partagent ensemble des moments de vie

Au loin
la façade de Terre-Neuve

tout près
Alexis repasse

ici
je prépare le repas
en regardant par la fenêtre et entre les flocons

la façade de Terre-Neuve*

Nous désirions depuis longtemps croiser ces deux regards singuliers nourris d’enfances, de rencontres, de révoltes, d’humour et de liberté.

Parmi les silhouettes accoudées aux comptoirs du petit matin,
il en est une qui réinvente un monde.**

Des Rues de mercure (éditions Diabase) aux écrits de nature, tome 3 (éditions Maurice Nadeau) d’Alexis Gloaguen, de la trilogie poétique Les continents sont des radeaux perdus (éditions Bruno Doucey) Aux marches de Bretagne (éditions Dialogues) d’Yvon Le Men, nous vous invitons à arpenter les chemins de poésie de ces deux auteurs généreux, inspirés et inspirants. Une rencontre-lectures à deux voix pour – peut-être – réinventer un monde.

*Extrait de Saint Pierre sans Miquelon sous le nuage islandais (Poème stabilisé) in Un cri fendu en mille, les continents sont des radeaux perdus, 3, éditions Bruno Doucey.
**Voies libres , extrait publié dans l’anthologie 2019 : la beauté, éphéméride poétique pour chanter la vie, éditions Bruno Doucey.

Information & réservation :
L’écume…
3 place de l’Eglise 56590 Groix
Tél.02 97 56 42 67 – Mél. lecume-groix@orange.fr

A nos père.2

Dima Abdallah
Mauvaises herbes

Sabine Wespieser éditeur – 2020 – 20 euros

Pour engager la conversation, il me montre souvent telle ou telle plante
en pot sur le balcon

et m’apprend le nom de chacune d’elles.
Il frotte sa main sur l’origan ou la marjolaine et me fait sentir ses doigts.

Au cœur d’un Beyrouth dévasté par la guerre civile, un père et une fille se racontent mutuellement, pudiquement. Entre bombardements & déménagements, le père écrivain et la petite fille se réfugient sur des balcons où les plantes aromatiques nourrissent des instants suspendus et partagés. Jusqu’à la séparation lorsque le père décide de rester dans son pays mais laisse partir femme et enfants vers Paris. Pour fuir le chaos du Liban et le désespoir du père impuissant face à l’absurde et au danger. Au fil du roman, ce dialogue silencieux opère avec force et émotion & la petite fille devenue une jeune femme est bouleversante. Telle une funambule, elle s’élance et s’égare avant de poser son sac à dos et de faire la paix avec cette vie d’exil.

Je ne sais plus ni quand ni comment c’est arrivé. Je ne sais plus ni quand ni comment l’oxygène a réussi à se frayer un chemin jusqu’au fond de mes poumons.

Cette histoire de l’oubli – celui d’un pays, d’une langue notamment – est aussi celle des rendez-vous manqués, de cette part d’invisible qui nous lie à l’autre, à la vie, par les mains réunies. C’est encore l’histoire d’une enfant qui, comme les Mauvaises herbes, creuse son sillon malgré l’adversité & trouve sa voie vaille que vaille. Au fur et à mesure que le destin singulier de cette famille se déploie, l’écriture de Dima Abdallah évolue. Elle devient très vite ample et fluide et nous offre un roman remarquable, plein de vie et d’espoir. 

Un premier opus puissant, émouvant
à découvrir lors de cette rentrée littéraire 2020

 

 

A nos pères.1

Anne Pauly
Avant que j’oublie

 

Verdier – 2019 – 14 euros

Je pense seulement 
à mes parents
crépuscule d’automne*

Une histoire d’amour entre un père et une fille, une histoire silencieuse, pudique, un amour qui se niche dans le quotidien.

D’accord ma doucine, je t’aime, hein, le taxi arrive, tu fais bien attention,
tu fermes ta porte et t’éteins bien ton gaz.
C’est ça, j’ai pensé, j’éteindrai bien mon gaz**.

Un amour agacé aussi pour ce père farfelu, dans l’attente permanente de sa fille, violent & alcoolique autrefois, mangeur de BN à la vanille et collectionneur de piles à ses heures perdues. Un père désormais disparu et dont la narratrice regrette de ne pas avoir saisi l’ampleur de la solitude. Au gré du rangement de la maison, se dessine le portrait d’un homme qui s’ajoute à celui du père. Les témoignages de ses ami(e)s d’enfance – dont la lettre bouleversante de Juliette – évoquent un colosse délicat, cultivé et protecteur. Un homme abîmé par la vie mais en quête de spiritualité, de beauté simple et d’instants partagés. Avec émotion et drôlerie, la narratrice raconte la perte entre situations cocasses et moments de grande fragilité où le sens s’échappe de la réalité, où le manque s’insinue partout, où la présence de l’autre s’évanouit peu à peu. Jusqu’à ses signes qui tissent un lien au-delà de l’absence, ces signes qui réconcilient & racontent une histoire familiale dans laquelle chacun-e- se retrouve.

Avant que j’oublie raconte un deuil & ce qu’il génère de reconstruction de soi et de l’autre – celui que l’on a perdu et qui se découvre dans toute sa complexité. Anne Pauly offre ici un roman plein de vie, d’énergie, de vérité. A lire absolument.

 

Dans le cadre de la dixième édition de notre manifestation automnale
Libres en Littérature
Le Bel Aujourd’hui accueille Anne Pauly
lors d’une rencontre-lectures
le jeudi 5 novembre 2020 à 20h30

 

*p.120 in Avant que j’oublie
**p.43 in Avant que j’oublie

Photographie : DR Smith 2019

Rendez-vous avec la petitegens

Au Bel Aujourd’hui
Samedi 18 juillet à 20h30
en présence d’Isabelle Pinçon

Lapetitegens est paru en 2019 et nous l’avons consacré comme l’un de nos grands coups de cœur dès sa parution (éditions Cheyne). Isabelle Pinçon nous offre un texte profond et jubilatoire qui met en scène Lapetitegens hissée sur ses guiboles, en fuite et en révolte, en cavale, toute à sa liberté.

Couv Lapetitegens - Isabelle Pinçon

Lapetitegens pique du nez après
la course folle, un propos narratif
sans queue ni tête, elle a failli mou-
rir, cela aurait pu ne pas aller plus
loin mais sans cesse elle échappe,
irréductible, incompressible, et quoi
encore ? même les écureuils s’ap-
prochent quand on tend une miette
de pain et si lapetitegens était un
dieun un ersatz de dieu ? Ou un
soleil ? Ou la lune dans un soleil ? Et
quoi encore ?*

Une poésie pleine d’énergie et de puissance, de délicatesse et de subtilité lue à voix haute par Isabelle Pinçon autour de Lapetitegens en métamorphose permanente. Un texte léger, profond et brillant à entendre au Bel Aujourd’hui. 

Information & réservation :
Librairie Le Bel Aujourd’hui
19 rue Ernest Renan 22 220 Tréguier
Tél.02 96 92 20 24
Mél. librairie@librairie-lba.com
librairie-lba.com

*p.34 in Lapetitegens, Isabelle Pinçon, Cheyne 2019

En poésie avec Alexis Gloaguen

Parmi les silhouettes accoudées aux comptoirs du petit matin,
il en est une qui réinvente un monde.*

Alexis Gloaguen a échangé avec ses lecteurs au cours de la rencontre lecture organisée par la Fédération des cafés-librairies de Bretagne

Vendredi 26 juin
Nous avons fêté la reprise de notre manifestation Thé, café et poésie en compagnie d’Alexis Gloaguen autour de lectures extraites de ses deux nouveaux opus

Rues de Mercure (Diabase) & Ecrits de nature, Atlantique Nord (Maurice Nadeau)

la rencontre nous a emportés dans son univers aussi sensible que puissant. Son écriture dense & impressionniste se nourrit du mouvement d’un poète à l’écoute de la ville comme de la nature.

cover_Nature_3_Nord

Au fil de ses lectures, nous avons sillonné les rues de New-York et Chicago, Vancouver et Tokyo, découvert le Labrador, ressenti les sensations, les émotions
& retrouvé le plaisir d’entendre la poésie résonner dans nos librairies.

Rues de mercure prem

Merci à Alexis Gloaguen
pour ses écrits, ses lectures et sa générosité

Merci à Romain et Tatiana
pour leur accueil

A la lettre Thé - Morlaix

A très bientôt pour
des rendez-vous poétiques à venir

carte FCLB

Isabelle Pinçon sera au Bel Aujourd’hui – Tréguier – 22
Samedi 18 juillet 2020 à 20h30

Lapetitegens pique du nez après
la course folle, un propos narratif
sans queue ni tête, elle a failli mou-
rir, cela aurait pu ne pas aller plus
loin mais sans cesse elle échappe,
irréductible, incompressible, et quoi
encore ? même les écureuils s’ap-
prochent quand on tend une miette
de pain et si lapetitegens était un
dieu un ersatz de dieu ? Ou un
soleil ? Ou la lune dans un soleil ? Et
quoi encore ?***

Titi Robin vous donne rendez vous
Vendredi 4 septembre à 20h au Bateau Livre – Pénestin – 56
Samedi 5 septembre à 20h à La Dame Blanche – Port-Louis – 56

Pain
citron
pois cassés**

Cécile Coulon vous retrouve 
Mercredi 30 septembre à 20h30 à Lectures Vagabondes – Liffré – 35
Jeudi 1er octobre à 19h aux Bien-aimés – Nantes – 44

Ce qui compte réellement quand on a perdu
ce qu’on pensait ne jamais perdre,
c’est la douceur.****

*Voies libres , extrait publié dans l’anthologie 2019 : la beauté, éphéméride poétique pour chanter la vie, éditions Bruno Doucey.
*
*P.41 in Je t’ai bue sans sucre, mon amertume, éditions Riveneuve, 2019
***
p.34 in Lapetitegens, Isabelle Pinçon, Cheyne 2019
****p.142, extrait de LA DOUCEUR in noir volcan, éditions Le Castor Astral, 2020

Crédit photo Alexis Gloaguen : Michel Querou – Le Télégramme

 

Course-poursuite &

Royale panique à
Versailles

royale-panique-a-versailles-600x

Claire Le Meil
Sarbacane – 2020 – 17,50€

A peine, le couple royal a-t-il emménagé à Versailles qu’un phénix farceur sème la zizanie depuis les appartements privés de la reine. S’ensuit une course-poursuite qui nous fait croiser courtisans et courtisanes, roi chauve et ministres dans les galeries où se nichent mille détails à savourer en prenant le temps…qui accélère sa course dans les allées du Roi.

A la façon d’un film de Jean-Paul Rappeneau, cette visite haletante happe la foule versaillaise, l’entraîne au pas de charge dans les galeries du palais, la jette dans l’escalier monumental & la fait surgir dans les jardins royaux

 versailles jardin
où bosquets, statues et fontaines accueillent les poursuivant-e-s du volatile si habile
qu’il s’échappe en toute hâte.

Le dessin épuré, aux couleurs sobres se déploie avec humour
et énergie sur des double-pages pleines de vie.

royale-panique-a-versailles-p22-23-1400x

Une histoire tourbillonnante et énergisante
qui se conclut en vers – La Fontaine & grand siècle obligent

Sire…commence celui-ci. Vous pouvez d’un éclat de poudre
mettre l’oiseau farceur en poudre.
Mais en ce printemps plein d’indolence,
nous implorons Votre Clémence.
Si Votre Indulgence se rapporte à Votre Puissance,
Vous êtes le soleil des hôtes de ces bois.

Balade

En compagnie de 

mademoiselle-mangetou-600x

Nicolas Codron & Julie Colombet

Sarbacane – 12,90€ – 2020 – éveil

Balade en compagnie d’une chenille bleue qui se tend et se détend au fil des pages et des rencontres gourmandes. Fraise, gruyère, bottes en plastique, crème fouettée, jouet en bois…Tout y passe pour cette minuscule vorace qui se laisse séduire par le croquant d’une feuille tendre et verte

Mmm…miam !
ça, c’est trop bon !!!

Un joli pop-up pour se plonger dans le monde rampant et virevoltant de ce peuple de l’herbe si réjouissant : scarabée, libellule, souris, ver de terre, mouche, coccinelle, fourmi, papillon…

3d-mangetou-1-1400x

Tendre et poétique, un joli livre
à déguster sans modération

Rendez-vous poétique

L’Amérique du nord sur le vif
en présence d’Alexis Gloaguen

Vendredi 26 juin à 19h
A La Lettre Thé – Morlaix – 29 

 

 

Philosophe, poète, arpenteur de paysages urbains ou sauvages, Alexis Gloaguen sillonne les artères des grandes agglomérations urbaines des États-unis et d’ailleurs dans un nouvel opus : Rues de Mercure (Éditions Diabase). Cette traversée sensorielle et mentale dans les rues de New-York, Chicago et Vancouver notamment clôt la trilogie de l’auteur, inaugurée par les Veuves de verre et Digues de ciel sur les villes d’Amérique du Nord (Éditions Maurice Nadeau).
Chez ce même éditeur, Alexis Gloaguen publie le tome 3 de ses Écrits de nature, Atlantique Nord illustrés par Jean-Pierre Delapré et exclusivement consacrés à Saint-Pierre et Miquelon, à Terre-Neuve et au Labrador. Immergé dans ces terres austères et désertiques, il nous décrit la faune et la flore de ces immensités traversées de couleurs et de lumières. Il nous en restitue toute la dimension onirique.
Soirée-lectures autour de ces deux nouveaux textes en compagnie de cet écrivain-voyageur qui lie depuis toujours son écriture puissante et sensible aux lieux parcourus, survolés, toujours éprouvés.

Là où j’écris, c’est le vent qui s’adresse à moi, à ma respiration, à mes idées, le vent et la marche ; même si j’ai dû m’arrêter, m’abriter pour inscrire ces fissures du silence. Être homme, c’est tenter de comprendre, de sentir et de rendre compte.*

Information & réservation :
À La Lettre Thé 9 place de Viarmes 29600 Morlaix Tél. 02 56 45 54 06
Mél. alalettrethe@hotmail.fr Blog : http://alalettrethe.blogspot.fr
*p.95 in les Écrits de nature entre Écosse et Bretagne, Éditions Maurice Nadeau.